Les nageurs mauriciens ont réussi tant bien que mal à tirer leur épingle du jeu dans l’ambiance surchauffée de la piscine olympique de la capitale réunionnaise. En effet, les protégés de Philippe Pascal ont ramené cinq médailles d’or, dont trois en handisport. Bradley Vincent était annoncé comme un crack dans cette compétition, et il a confirmé tout le bien que l’on pensait de lui.
La dernière journée de natation s’est tenue le samedi 8 août avec de nombreuses finales au programme. Bradley Vincent a remporté l’épreuve reine, soit le 50 m nage libre, dans le temps de 23”15, devant le Réunionnais Dimitri Faubourg et ses 23 ”33. La dernière journée a d’ailleurs vu Maurice remporter encore médailles d’or, trois en handisport et une par l’entremise de Darren Chan Chin Wah au 100 m brasse.
Bradley Vincent, fer de lance de la sélection, fait ressortir que la victoire n’était pas gagnée d’avance. « C’est une grande satisfaction pour moi. La course était serrée », fait ressortir le nageur, déjà médaillé au 100 m nage libre et au 4×100 m avec l’équipe de Maurice.
Dans une course rendue difficile par la présence des Réunionnais Mathieu Bachmann et Dimitri Faubourg, et du Malgache Anthonny Ralefy, le Mauricien n’avait que la victoire en tête. « Il fallait l’emporter. Tout le monde était au départ avec l’idée de gagner. J’ai un grand respect pour Dimitri Faubourg et Anthonny Ralefy. Ils sont de redoutables compétiteurs. En plus, le 50 m nage libre est une course techniquement très dure », soutient-t-il.
Darren Chan Chin Wah, l’autre Mauricien très en verve au Chaudron, a maintenu son effort au 100 m brasse depuis le départ pour arrêter le chrono à 1’03”98 — nouveau record des JIOI à la clé — et devant le Réunionnais Yannick Chatelain, deuxième avec seulement 1’06”05.
Comment passer sous silence la performance de Scody Victor ? Le nageur handisport mauricien est sorti victorieux de son duel avec le Réunionnais Alain Curco Llovera en 33”00, contre 55”51 pour le représentant du pays hôte au 50 m nage libre (sport adapté). Mais il a surtout conservé ses titres acquis en 2007 à Madagascar, puis reconquis en 2011 aux Seychelles. « Il y a beaucoup de personnes qui me soutiennent. Mais je voudrais remercier particulièrement ma femme et ma fille ».
Mention spéciale également pour les handisportifs Jeysheeka Rungoo, lauréate du 50 m nage libre (sourd-muet) en 38”77, et Gawtam Dev Kokil, vainqueur du 50 m nage libre (sport adapté) en 35”77.