Doreen Tiborcz a été choisie à l’unanimité pour présider le nouveau comité directeur de la Fédération mauricienne de natation (FMN), constitué à l’occasion de l’assemblée générale élective tenue hier après-midi à l’hôtel Le Saint-Georges.
Alors que le ministère de la Jeunesse et des Sports avait objecté à une telle assemblée jeudi, la Fédération internationale de natation (FINA) a donné des instructions depuis jeudi soir à son envoyé spécial à Maurice, en l’occurrence le Nigérian Chief Olatokunbo Thomas, qui est aussi le chairman du département légal de la FINA, pour maintenir sa mission qui est d’organiser et superviser l’AG élective.
La FINA et la FMN ont eu à cette occasion le soutien total du Comité olympique mauricien (COM), représenté par son président, Philippe Hao Thyn Voon, et son secrétaire, Vivian Gungaram. Des quinze membres élus lors des élections régionales, dix ont répondu présent, soit deux tiers, ce qui suffisait pour tenir l’assemblée.
Avant de procéder aux élections, l’envoyé spécial de la FINA a indiqué aux membres présents que le MJS était diamétralement opposé à l’idée d’une telle assemblée élective. Mais les membres concernés, dont certains ont subi des pressions de part et d’autre jusqu’au dernier moment pour boycotter cette AG élective, ont à l’unanimité accepté d’aller de l’avant et élire un nouveau comité directeur.
C’est après avoir eu l’assentiment de tout un chacun qu’on est passé à l’étape suivante menant à constituer un comité. Vu qu’il n’y avait que dix postulants au comité directeur, l’assemblée n’a pas dû avoir recours au vote. Ils étaient élus automatiquement. Il suffisait de désigner une personne à la présidence. C’est à cet instant que le nom de Doreen Tiborcz a été cité. Et l’assemblée, dans son ensemble, l’a soutenue.
« Je suis contente d’avoir été choisie pour prendre à nouveau la destinée de la natation. En même temps, je suis un peu triste dans le sens où les nageurs ont été privés de compétitions depuis le mois d’août en raison d’événements qui n’ont rien à faire avec la chose sportive », a déclaré Doreen Tiborcz.
Cette dernière se dit prête à ouvrir une ligne de communication avec le MJS, qu’elle considère comme étant un partenaire pour promouvoir la natation. « Il est temps de tourner la page. Je pense qu’on a tourné en rond pour rien. Il faut d’ores et déjà voir l’avenir afin de permettre à nos nageurs de renouer avec la compétition. C’est ça qui est primordial », a ajouté la présidente de la FMN, légitime pour la FINA et le COM.
Kee Sing Poo Cheong, vice-président de la FMN, abonde dans le même sens que Doreen Tiborcz. « Notre souci premier est de permettre aux nageurs de faire des compétitions tant sur le plan local qu’international. Certaines choses ont trop duré. Maintenant, il ne faut penser qu’au bien-être de la discipline. »
Le président du COM, Philippe Hao Thyn Voon, espère quant à lui que la situation retournera à la normale. Et que la FMN pourra fonctionner en toute autonomie.