«Les Jeux des Iles sont une priorité du ministère des Sports. La fédération n’a pas le choix et elle ne peut se permettre le luxe d’envoyer des nageurs aux Mondiaux de Kazan au détriment de sa compétition phare. Bradley fera les Jeux des Iles», dixit Philippe Pascal. Le directeur technique national (DTN) s’est exprimé dans les colonnes de l’express de mercredi dernier où notre confrère de la rue des Oursins reprenait une information de Week-End de dimanche dernier sur les fortes possibilités qui existent que la sélection nationale soit privée de ses deux meilleurs nageurs, nommément Bradley Vincent et Mathieu Marquet. Si on s’en tient aux propos du technicien français il est clair comme l’eau de roche que le premier Mauricien qui a réussi un minima (B) pour les Championnats du Monde (du 2 au 9 août 2015 en Russie) n’ira pas à Kazan. Du reste, l’express en fait le titre de son article.
Mais entre-temps, le bureau de la FMN, sous la présidence d’Harold Lai, s’est réuni mercredi  soir — le jour même où l’express a publié les propos de Philippe Pascal — pour prendre entre autres ce dossier. Interrogé hier matin sur ce qu’a décidé la FMN sur l’éventualité que les deux meilleurs sprinters mauriciens, Bradley Vincent et Mathieu Marquet, soient dans l’obligation de faire l’impasse sur les JIOI 2015, Harold Lai nous a sorti une de ses réponses surprenantes dont lui seul en a le secret.
Lai: «trop pour se prononcer»
«Vous me posez une question directe et je vous donne une réponse directe. La fédération n’a rien décidé. Notre priorité est les Jeux des Iles, il n’y a pas à sortir de là. Mais pour Kazan, c’est encore trop tôt pour se prononcer, car on ne sait pas ce qu’il arrivera dans une année. Rien n’a été décidé», a indiqué au téléphone Harold Lai hier matin. Cependant Week-End a insisté  qu’une décision a bien été prise par la FMN puisque les propos de Philippe Pascal mercredi dernier sont clairs et limpides à l’effet que Bradley Vincent n’ira pas aux Championnats du Monde, même s’il a déjà réalisé le minima B. «Le DTN a donné son opinion personnelle et Philippe Pascal ne peut pas parler au nom de la FMN», a insisté en plusieurs fois Harold Lai.
Des propos qui en disent long sur l’état d’esprit du président de la FMN et sans doute celui de son comité sur ce dossier où visiblement tout le monde s’embrouille . En effet, comment un président peut-il venir dire le contraire de ce qu’affirme son directeur technique ou si vous voulez celui qui décide sur le plan technique pour la fédération de natation et vice-versa?  Car dans les propos de Philippe Pascal, il ne fait pas l’ombre d’un doute qu’une décision a été prise et sans doute également que le DTN parle ainsi après la réunion, un peu secrète, à laquelle a participé quelque membre seulement de la FMN lundi pour évoquer les faits mis au grand jour par Week-End. Maintenant avec les propos d’Harold Lai, la position de ces deux nageurs se complique d’avantage et les conséquences et dommages collatéraux seront importants.
La guerre de qui parle au nom de la FMN n’est pas vraiment le souci de ces deux nageurs. La vraie question est de savoir s’ils seront privés des deux plus importantes compétitions auxquelles un nageur de haut niveau aspire à participer? Visiblement, le choix de Philippe Pascal — comme cela aurait pu être le cas en 2011 à Shanghai —ne s’engage que sur un objectif à court terme. Notamment pour Bradley Vincent, dont il faut reconnaître que le cas est différent de celui de Mathieu Marquet.
Le Mauricien qui s’entraîne en Afrique du Sud depuis belle lurette a été le premier à réussir un minima pour les Championnats du Monde. Bradley Vincent, dont la candidature pour une bourse de la Solidarité Olympique n’a pas été retenue mais il a été considéré par le Trust Fund For Excellence in Sports pour une bourse d’excellence. Une bourse qui a été allouée la semaine d’avant et ou le Chief Executive du TFES a précisé avec force qu’elle est allouée dans le cadre d’une préparation en vue de RIO 2016 avec entre deux, une performance aux JIOI. Sauf que la collusion des dates entre les JIOI et Kazan pose problème. Comme nous l’avions écrit la semaine dernière, les dates proposées pour les compétitions de natation sont du 5 au 7 août 2015, alors que pour Kazan ce sera du 2 au 9 août 2015.
Il est évident que ni la FMN — qui selon nos informations n’a fait aucune protestation auprès du COJI Réunion — ni le Comité Olympique Mauricien, qui non plus n’a reçu aucune protestation de la fédération sera en mesure de changer ces dates. Comme l’aurait sans doute dit Philippe Pascal faut être «con» pour ne pas voir que c’est la faute à personne s’il y a collusion de dates entre ces deux compétitions. Même si c’est aussi vrai de dire que c’est à la direction technique des fédérations nationales d’attirer l’attention de leur Comité Olympique qu’il est de coutume que l’organisation d’une compétition d’un standard inférieur dans la même année que les Championnats du Monde, il y a nécessité que les compétitions pour ladite discipline se termine 48h avant que ne débutent les Mondiaux. Cela pour la simple raison de permettre aux athlètes de voyager d’un pays à un autre. C’était le cas en 2007 pour les Mondiaux d’athlétisme et les JIOI de Madagascar.
Il y a bien quelqu’un qui a fauté
Comme c’est aussi la faute à la direction technique de la FMN, notamment à Philippe Pascal lui-même qu’il n’y a pas d’autre nageur qui puisse être en mesure de rivaliser — sans doute pas au même niveau de Bradley Vincent — avec les autres à la Réunion. Sans doute, il faut être aussi un peu «con» pour ne pas avoir pensé que pendant deux ans la FMN était bloquée. Mais il est aussi vrai de dire que Philippe Pascal a eu toute la latitude pour travailler avec les nageurs avec le soutien du TFES et ce de façon discontinue. Peut-on parler, 4 ans apres Seychelles, d’échec?
En affirmant dès maintenant que Bradley Vincent n’ira pas à Kazan, Philippe Pascal va le priver ce dont à quoi rêvent tous les nageurs du monde. Dans la foulée peut-on dire que Bradley Vincent peut toujours bénéficier d’une bourse d’excellence si son objectif pour 2015 sont les Jeux des Iles? Pourquoi doit-il continuer à bénéficier d’une telle bourse alors que d’autres athlètes qui se préparent aussi uniquement pour les JIOI n’obtiennent qu’une bourse régionale d’une somme  entre…Rs 3000 à Rs 5000. Car comme le dit Harold Lai «on ne sait pas ce qui va se passer » entre août 2015 et juillet 2016. Reste maintenant à savoir qui a été assez «con» à la FMN pour avoir fauté sur ce dossier, car il y a effectivement une personne qui a bel et bien fauté.
Marquet a dit oui à la bourse de la FIFA
Maintenant venons au cas de Mathieu Marquet qui a confirmé hier à Week-End qu’il a bel et bien accepté la bourse de la FINA. Sauf qu’il a indiqué qu’il ne pourra pas mettre le cap sur Rio Maior, Lisbon au Portugal le 1er novembre en raison de ses études qui ne se terminent que vers la mi novembre. Cette demande a été formulée à la FINA par la FMN qui n’a cependant pas encore donné un avis.
Par contre, selon les informations de Week-End ,Mathieu Marquet, une fois entré au centre d’entraînement de Desmor, ne pourra définitivement pas participer aux JIOI. cela pour des raisons que la FINA a expliquées de façon très claire dans ses memos envoyés à tous les pays qui bénéficient de ce type de bourse, puisque la participation aux Championnats du Monde de Kazan est obligatoire. Selon les informations de Week-End, Cornel Marculescu, le directeur de la FINA, a été plus explicite sur ce point.
La bourse de la FINA c’est pour aider le bénéficiaire — en l’occurrence ici Mathieu Marquet, de réussir les temps pour se qualifier pour Kazan et RIO 2016. Comme il faut être un peu «con» pour penser que la FINA accordera une bourse à un athlète qui, dès le départ elle sait qu’il ne participera pas à la compétition majeure qu’elle organise. D’autant plus que si Mathieu Marquet ne réalise pas les minimas pour Kazan 2015 ses chances d’être «invité de la FINA» sont quasi certaine.
Décidément avec cette nouvelle bourde de la FMN, il va sans dire que cette dernière est en passe de devenir la fédération des erreurs . Sans doute faut-il croire qu’il existe une forme d’incompétence à la piscine Serge Alfred pour répéter systématiquement les mêmes erreurs.
Dernière information pour la route: l’absence de la FMN à Kazan peut entraîner dans son sillage le retrait de Maurice sur la liste des  «invités» de la FINA au cas où les nageurs mauriciens ne réalisent pas de minimas au préalable.