Le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) s’oppose diamétralement à la tenue de l’assemblée générale élective de la Fédération mauricienne de natation (FMN), qui devait avoir lieu cet après-midi. Il préconise l’institution d’un nouveau comité intérimaire afin de sortir d’une crise engendrée par les actions prises au préalable par le MJS lui-même.
En proposant un nouveau comité intérimaire, le MJS vient indirectement avouer qu’il avait contourné les lois pour mettre rapidement sur pied un comité intérimaire après la démission de quatre dirigeants de l’ancien comité directeur de la FMN.
Selon nos informations, dans une lettre adressée à la FINA, avec copie au Comité olympique mauricien (COM), le MJS aurait fait comprendre qu’il considère que l’AG élective de cet après-midi demeure pour lui illégale. À la place, le MJS propose d’instituer un nouveau comité intérimaire en consultant le COM et la FINA.
« Cela démontre clairement que le MJS avait fait fausse route dès le départ. De telles procédures auraient dû être appliquées au préalable », indique une source au 2e étage du Labourdonnais Court.
Alors que la FINA a dépêché un délégué à Maurice en la personne du Nigérian Chief Olatokunbo Thomas pour trouver une solution afin de permettre à la natation de fonctionner librement et non subir l’ingérence externe, à ce jour, aucune indication quant à un développement positif.
Le MJS continue de tenir tête à la FINA, demande maintenant de retourner à la case départ, c’est-à-dire d’organiser à nouveau des élections sur le plan régional puis national.
Avec ce statu quo, tout porte à croire que le ministre Ritoo et l’envoyé spécial de la FINA devraient avoir une nouvelle rencontre cet après-midi. Pour Chief Olatokunbo Thomas, il faut continuer à négocier pour trouver une solution.
Dans cette perspective, l’assemblée générale ne devrait pas avoir lieu aujourd’hui. Et tout laisse croire qu’on se dirige vers un nouveau comité intérimaire, comme l’a suggéré le MJS.
Devanand Ritoo a rappelé que le pays a ses propres lois sportives et qu’il faut les respecter à tout prix. Mais ce que le ministre Ritoo et son entourage continuent à ignorer, c’est que les lois internationales peuvent primer, surtout si on décide d’être membre d’une Fédération internationale.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Comité intérimaire : Nuvin Proag présenti comme président
Nuvin Proag, homme de loi et notamment secrétaire général de la Fédération mauricienne de judo, jiu-jitsu et disciplines associées, aurait été contacté par le MJS pour présider un éventuel comité intérimaire pour organiser les prochaines élections (régionales et nationales).