Maurice n’est pas à l’abri d’une suspension. C’est ce qui ressort du dernier courriel envoyé par Cornel Marculescu, Directeur Exécutif de la Fédération internationale de natation (FINA), hier. Les récipiendaires, Anil Kumar Daby, secrétaire permanent par intérim du Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), Philippe Hao Thyn Voon pour le Comité Olympique Mauricien (COM) et Doreen Tiborcz, présidente de la Fédération mauricienne de natation (FMN), sont mis en garde : la FINA n’hésitera pas à appliquer le couperet si la FMN ne conserve pas son autonomie.
C’est la troisième menace que reçoit Maurice depuis le début de cette affaire. Dans ce dernier courrier, la menace plane réellement sur la FMN. Cornel Marculescu demande que soient respectées trois conditions pour que Maurice échappe à la suspension.
La FINA demande, dans un premier temps, que « the Mauritius Swimming Federation and nobody else shall run the day to day affairs of the Mauritius Swimming Federation. » Dans un deuxième temps, il apparaît que les locaux de la FMN sont toujours sous scellés. La FINA demande donc que « the Ministry of Youth and Sports opens the office of the Mauritius Swimming Federation which is apparently still sealed, in order for the Federation to run the day to day affaires and to prepare the elections in best possible background. »
Le troisième recommandation est plus lourde de sens, puisqu’elle rappelle que les institutions doivent respecter l’autonomie de la FMN. « The organisation and supervision of the National General Elections shall be done by the Mauritius Swimming Federation. » La FINA se dit prête à intervenir en cas de demande expresse de la FMN. « In case of any possible issue, the Mauritius Swimming Federation can request that FINA assists the Federation in the organisation and/or supervision of the elections in order to guarantee fair results. »
Cette lettre, adressée également à Julio Maglione, président de la FINA, Paolo Barelli, secrétaire honoraire de l’instance mondiale, Pipat Paniangvait (trésorier honoraire de la FINA), Bartolo Consolo (secrétaire honoraire également) et tout le panel disciplinaire de la FINA, vient jeter un nouveau pavé dans la mare.
Le début de la lettre est écrit sur un ton assez menaçant, tout en laissant entendre que la FINA a fait une bonne lecture de la situation. Ainsi, la FINA dit comprendre que le fait que Doreen Tiborcz et Anil Nawjee, respectivement présidente et trésorier de la FMN, se portent candidats aux élections du comité exécutif puisse poser problème. Les deux demandent donc que les élections soient organisées par une tierce personne. Cependant, la FINA avance et insiste même que « according to FINA Rules, the National Federation shall act in accordance of FINA Rules and without any interference of external bodies that would hampered the autonomy of the National Federation. »
Et avant de mettre un point final à sa lettre, Cornel Marculescu fait un petit rappel à des réglements de la FINA. Il cite la FINA BL 13 pour montrer que la menace doit être prise avec le plus grand sérieux… « … according to FINA BL 13, FINA is entitled to take any appropriate decisions in order to protect the benefits of Aquatic Sports when the autonomy of a National Federation is being compromised. FINA does not want to go to this extreme but will have no other choice than to suspend the Mauritius Swimming Federation if these 3 points above mentioned are not respected. »
La FINA fait le voeu que toutes institutions concernées comprennent la situation et demande la collaboration du MJS et du COM. « We believe that they will respect the autonomy of the Mauritius Swimming Federation for the benefit of Aquatic Sports in Mauritius », peut-on lire à la fin. Il en va de l’avenir de Maurice sur la carte de la natation mondiale…