La sélection définitive de l’équipe de natation de La Réunion est connue depuis samedi et elle aura pour but de faire au moins aussi bien qu’en 2007 : 60 médailles. Il fallait que les derniers championnats de France estivaux se terminent pour que chaque nageur ait, jusqu’au bout, la possibilité d’intégrer la sélection réunionnaise.
Depuis samedi, c’est chose faite. Pour le président du Comité de natation, Jean-Claude Caussanel, il faudrait faire « au moins aussi bien qu’à Madagascar », c’est-à-dire une soixantaine de médailles, a-t-il déclaré au JIR. Cette fois, cependant, l’équipe de natation de l’île soeur ne vient pas aux Seychelles comme un rouleau compresseur, comme ce fut le cas depuis les Jeux de 1979.
« Les garçons seront rois… sauf en brasse. En nage libre, La Réunion offrira un niveau quasi international à la compétition seychelloise. Sur le sprint, Steimetz est dans les meilleurs nageurs français, et Debast l’est en fond et demi-fond. En dos, papillon, et quatre nages, les Réunionnais partiront aussi favoris, de même qu’ils proposeront les équipes le plus complètes en relais. Un seul (gros) problème : la brasse. Si Steimetz donnera un coup de main sur le 50 m, les Malgaches Rajohnson et Rabansoa et les Mauriciens Chan Chin Wah et Ah Ching sont en avance sur les autres distances », écrit notre confrère du JIR.
Par contre chez les filles, l’équipe réunionnaise craint tant les Mauriciennes que les Seychelloises. « Chez les filles, le danger est quasiment partout. Sur le sprint en nage libre, les Mauriciennes De Maroussem et Arseth sont favorites. Mais surtout, la terreur se nommera Shrone Austin. La Seychelloise, entraînée à Saint-Raphaël par Guillaume Bachmann, et qui nagera l’année prochaine à La Réunion, devrait faire très mal sur le fond et le demi-fond. Elle n’a finalement pas participé aux championnats du monde, mais ses références lors des derniers championnats de France laissent présager une montée en puissance depuis son retour à la compétition. Il faudra tout le talent d’une Alizée Morel en pleine bourre ces derniers temps pour essayer de la contrer, notamment sur les 400 et 800 m. Emma Morel pourrait en revanche être une des grosses pourvoyeuses de médailles, de même que Géraldine Huffner, imbattable en brasse », poursuit le Journal de l’île de La Réunion.
Comme c’est le cas pour Maurice, la natation réunionnaise se trouve entre les mains de la jeunesse. A savoir 17 ans de moyenne d’âge. Le doyen de l’équipe de l’île soeur est l’incontournable Boris Steimetz et la plus jeune sera Rachel Mussard, qui n’a que 13 ans. Elle nagera le 200m 4 nages et le 200m brasse.