Le Kenyan Ben Ekumbo, émissaire de la Fédération internationale de natation (Fina), arrive ce soir pour une visite de quatre jours dans le but de trouver une solution commune pour régler la situation en natation afin de pouvoir organiser éventuellement de nouvelles élections sur le plan régional et national.
Voilà presque treize mois que la Fédération mauricienne de natation (FMN) se retrouve dans une situation compliquée. En effet, depuis la tenue de nouvelles élections en janvier 2011, validées par la Fina à travers son délégué Chief Olatokunbo Thomas et par le Comité olympique mauricien (COM), le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) n’a pas voulu reconnaître le nouveau comité présidé par Doreen Tiborcz.
Le MJS de même que le Registrar of Associations ont avancé différents arguments pour justifier leur position. D’un côté, le MJS avance que les élections auraient dû se faire selon la Sports Act 2001 et, de l’autre côté, le Registrar of Associations parle de statut de… 1985 avec l’élection de 15 membres. Qui plus est, d’autres personnes se sont mises de la partie pour amplifier le problème.
Depuis janvier 2011, la natation est entrée petit à petit dans une spirale infernale, au point que la FMN n’a rien pu organiser en termes de compétitions du fait qu’elle n’avait pas l’aval pour obtenir les piscines gérées par le MJS à travers le denier public. Entre-temps, malgré les échanges de correspondances entre le MJS et la Fina pour essayer de trouver une solution pacifique, il n’en fut rien. Même des menaces indirectes de la Fina quant à une éventuelle suspension de Maurice n’ont pas fait fléchir le MJS.
Après la rencontre de Londres, dans le cadre des Jeux Olympiques, entre le ministre Devanand Ritoo et le président Julio Maglioni, une fois encore la natation locale n’a connu aucune amélioration. Le MJS a choisi de deal directement avec les dirigeants de clubs pour organiser des “tests chronométriques” tout en ignorant le comité directeur de la FMN.
Après la mission infructueuse de Chief Olatokunbo Thomas, reste à savoir si Ben Ekumbo, secrétaire général de la Confédération africaine de natation et membre de la Fina, parviendra à arracher quelque chose du ministère avant de mettre les conditions nécessaires et les procédures légales en place pour organiser de nouvelles élections.
Il va sans dire que les données ne sont pas les mêmes qu’en janvier 2011 ou encore août dernier à Londres. Il se trouve que la Fina a déjà discuté de certaines éventualités à l’encontre de Maurice lors de son meeting à Istanbul dans le cadre des championnats du monde.