Cinq records sont tombés au cours du Long Course Meeting (LCM) de natation tenu samedi et dimanche à la piscine Serge-Alfred. Ces performances sont de bon augure pour la suite et surtout pour les mondiaux seniors 2013 prévus du 19 juillet au 4 août à Barcelone.
Ce LCM est une indication supplémentaire pour la sélection de trois nageurs en vue du rendez-vous de Barcelone. Pour l’heure, le directeur technique national (DTN), Philippe Pascal, avance que la sélection sera connue le 18 juin puisqu’il faut prendre en considération les récentes performances réalisées par les “expatriés”.
Des cinq records (homologués manuellement) tombés au cours de ce LCM, on retient celui réalisé par Chris Ah Ching (Camo) au 50m brasse avec un chrono de 30”36 en toutes catégories. Ce dernier a effacé une performance de Bernard Desmarais (30”39) qui remonte à 1995. Déjà en très bonne posture durant les deux précédentes compétitions organisées par la Fédération mauricienne de natation, le sociétaire du Camo a remis ça lors de ce LCM, avec à la clé un record qu’il sentait venir depuis peu.
Mathieu Marquet (Camo), qui a résisté à Bradley Vincent pour s’imposer au 100m nage libre, fait partie de ceux qui ont inscrit leurs noms aux tablettes des records. En effet, il a amélioré sa propre référence nationale au 200m nage libre en 1’57”03 en toutes catégories, alors que le précédent était de l’58”91 réalisé lors des Jeux Olympiques de Londres.
Deux autres records ont été enregistrés lors du 800m nage libre. D’abord avec Emmanuel Froget (Camo) en toutes catégories grâce à une marque de 9’06”00. Ensuite avec Shane Ah Siong (Camo), qui a bouclé le parcours en 9’9”13 pour améliorer la marque des 16 à 18 ans. Varuna Jasoodanand (CNQB), toujours régulière, a fait parler d’elle en améliorant le record (17-18 ans) du 100m dames en 1’10”84, effaçant celui de Caroline Carosin (1’10”98).
D’un point de vue général, Philippe Pascal se dit satisfait que plusieurs nageurs montent en puissance. Il avance qu’il faut maintenant effectuer une analyse pour voir si les plus jeunes sont aussi dynamiques que l’élite. « Cinq records améliorés, c’est une indication évidente que le progrès est là. Le bilan est positif. Depuis avril, nous constatons qu’il y a du progrès. Je pense qu’avec une meilleure organisation au niveau des officiels on aurait pu avoir plus de records puisqu’il n’y avait pas trois chronométreurs par couloir afin de valider les records », fait-il ressortir.