Le coup d’envoi de la saison de natation a été donné hier avec un Long Course Meeting. C’était la première compétition qui était organisée à la piscine Serge Alfred depuis les rénovations qui ont été faites. La spécificité des différentes courses au programme c’est qu’elles étaient sur longues distances. Pour une reprise, les performances n’ont pas vraiment été exceptionnelles hormis le record Emily Chan Chee sur le 100 m papillon avec un chrono de 1’05″98. Elle reprend donc la meilleure performance chronométrique de la distance à Elodie Poo Cheong.
Du reste, cette dernière a fait preuve d’une très belle régularité dans ces différentes épreuves. Hormis sa deuxième place dans le 100 m papillon, elle a brillé dans trois courses au 800 m nage libre avec un temps de 9’55″01, au 400 m nage libre avec 4’50″37 et au 200 m 4 nage avec un chrono de 2’34″32. Chan Chee a quant elle pris la première place dans 100 m dos (1’16″30). Stacy Pit Chu de son côté a démontré qu’elle est une nageuse plein d’avenir. Sa victoire sur le 200 m dos en 2’50″58 au nez et à la barbe des Varuna Jasoodanand et autre Emily Chan Chee lui donnera un coup de boost au moral. Dans le tableau masculin en l’absence de Bradley Vincent et Mathieu Marquet c’est Oliver Ah Ching, Chris Ah Siong et Warren Hau Kim Fong qui ont volé la vedette.
A noter que pour cette compétition seul les participants aux différents relais ont obtenu des médailles. En féminin, c’est le CNSP qui s’est taillé la part du lion. En effet le  club a remporté trois deux quatre relais au programme. Il s’est d’abord distingué dans le relai 4×50 m nage libre avec un temps de 2’03″18 devant le CAMO 1. Le 4×200 m nage libre lui est aussi revenu bouclan la course en 10’14″00 tout comme le 4×100 m nage libre CNSP 4’34″62. Le CAMO s’est quant à lui imposé dans le 4×50 m 4 nages (2’21″23). En masculin, on a assisté à une razzia des pensionnaires du CAMO qui ont remporté tous les relais au programme. Notamment le 4×50 m nage libre, le 4×200 m nage libre, 4×50 m 4 nages et le 4×100 m nage libre.
Pour Philippe Pascal, les nageurs sont actuellement dans un cycle de travail important .  » J’ai volontairement choisi de faire abstraction des 50 m et 100 m traditionnels pour nous tourner vers des distances plus longues. D’une part cela permettra de dénicher quelques talents pour les courses de fond et d’autre part c’est dans le but d’un travail foncier. Les nageurs ont besoin d’une amélioration personnelle et ils doivent apprendre à gérer la fatigue,  se montrer rigoureux et toujours rester concentrés peu importe les conditions, » a affirmé le DTN national.  » Je sais que c’est difficile de gérer ces efforts dans des épreuves allongés mais ces courses demandent plus d’implication mentale, » a-t-il poursuivi. A noter que pour cette épreuve un nouveau logiciel a été introduit l’Extranet qui permet de tout informatiser et surtout permettra  la création d’une base de données.