C’est une très jeune équipe qui défendra les couleurs mauriciennes aux Jeux des îles de l’océan Indien cette année. Il n’en demeure pas moins vrai que ces nageurs sont très généreux dans l’effort et qu’ils se donneront à fond dans le bassin de Roche Caïman pour faire honneur au pays. Le Directeur technique national (DTN), le Français Philippe Pascal, qui est assisté de Gaël Adam, a préparé la sélection de manière méthodique afin qu’elle soit la plus performante possible. Il est clair, cependant, que face à La Réunion et aux Seychelles, la compétition sera rude. La sélection devra donc compter sur la belle dynamique de progression dans laquelle elle s’est installée !
La préparation pour les JIOI s’est déroulée de manière progressive depuis de longs mois. Elle s’est intensifiée au fur et à mesure. Au cours des différentes compétitions auxquelles les nageurs ont pris part, que ce soit localement ou à l’étranger, ils ont démontré des progrès évidents. La preuve en est le nombre de records nationaux et de catégories d’âge qui ont été améliorés.
Lors de la première quinzaine de juillet, 17 des 19 sélectionnés — les expatriées Heather Arseth et Stéphanie Ah Quah n’étaient pas présentes — ont suivi un stage résidentiel. Ils étaient logés à l’hôtel Sofitel à Flic-en-Flac et avaient 12 séances d’entraînement hebdomadaires à la piscine Serge Alfred à Beau-Bassin.
Le rythme d’entraînement a désormais été réduit afin de permettre une bonne récupération, indique Philippe Pascal.
« Les sélectionnés passeront à huit entraînements par semaine. Lors de chaque séance, les nageurs effectueront entre 4 et 5 km dans l’eau. Pour les sprinters, le nombre de séances pourrait même être de six, vu qu’ayant une masse musculaire plus importante ils ont besoin d’un temps de récupération plus important », explique le technicien français.
Avec ce volume d’entraînement moins important, les nageurs augmentent leur temps de repos tout en conservant les coordinations effectuées auparavant. « Qui dit augmenter le temps de repos dit favoriser la fraîcheur physique, et cela doit être fait avant d’entrer en compétition aux Seychelles », ajoute Philippe Pascal.
Pour celui-ci, le stage bloqué de deux semaines a permis de rehausser le volume physique des 17 nageurs qui y ont participé. « Les 12 séances d’entraînement hebdomadaires et les deux heures réservées au renforcement musculaire chaque semaine ont été bénéfiques aux nageurs. Ils ont bien géré et bien assimilé ce travail. »
Pour Philippe Pascal, c’était une très bonne initiative que de tenir ce stage intensif localement. « Au Sofitel, les nageurs étaient confortablement logés et la piscine était disponible ainsi que notre salle de musculation. Il n’était pas nécessaire d’aller à l’étranger pour effectuer ce stage car ici ils avaient tous leurs repères. Au final, je pense que tout le monde a été content de cette initiative. »
La natation mauricienne espère faire mieux qu’à Madagascar en 2007 quand elle avait décroché deux médailles d’or par l’entremise de Gaël Adam. C’est ainsi que beaucoup d’espoir a été placé sur les deux expatriées, Heather Arseth et Stephanie Ah Quah. Sur le 100m nage libre, la sélection mauricienne compte deux nageuses sous la minute, à savoir Arseth et Olivia de Maroussem, alors que selon nos informations, La Réunion n’en compte pas. En masculin, ce sera plus compliqué pour Maurice au vu de l’effectif dont dispose l’île soeur. Toutefois, d’un point de vue chronométrique, le spécialiste de brasse local, Darren Chan Chin Wah, est un potentiel médaillé.
Jean-Claude Caussanel, président de la Ligue réunionnaise, a laissé entendre que celle-ci aura pour objectif de faire aussi bien qu’à Madagascar quand elle avait apporté 60 médailles, soit 26 or, 19 argent et 15 bronze au Club Réunion. « Une forte opposition sera au rendez-vous, car les équipes féminines mauricienne et seychelloise possèdent des nageuses redoutables », a-t-il notamment indiqué.
L’équipe seychelloise sera à prendre avec le plus grand sérieux, surtout en féminin avec les soeurs Austin, Shrone et Shannon, notamment. Par contre, pour ce qui est des Malgaches, le peu de renseignements disponibles nous empêche d’effectuer un jugement de valeur.
Le double médaillé d’or de 2007 Gaël Adam — il avait été sacré sur 100m et 200m dos — agira cette fois comme assistant-entraîneur. « Le fait d’être au bord du bassin cette fois sera une très belle expérience pour moi. Cela ne fait que deux ans que j’entraîne et travailler aux côtés de Philippe Pascal qui a été sélectionneur de l’équipe de La Réunion auparavant me sera très bénéfique », confie l’ancien dossiste. 
Parlant des sélectionnés mauriciens, Gaël Adam dira qu’il a noté des progrès évidents chez eux. « Les sélectionnés ont très bien réagi aux deux semaines de stage intensif. Maintenant que le rythme d’entraînement a baissé, ils vont récupérer pour être performants aux Jeux. Je trouve aussi qu’il existe une bonne entente au sein du groupe, et c’est très positif. »