«The Respondants (ndlr:FMN et ses membres)) […] over that no new members, if any, will be registered with the Respondent No 1 (FMN) until the next election of members of the executive committee of the Respondant No 1. At any rate, it is fair that before any new member is registered with the Respondent No 1 such membership will be submitted to the members if the executive committee of the Respondent No 1 for consideration», peut-on lire au paragraphe 15 de l’affidavit que Anil Nawjee, ex secrétaire-général du comité directeur illégal de la Fédération mauricienne de Natation (FMN) a écrit en date du 31 octobre. Un affidavit qui a été juré dans le sillage de la démarche de 9 des 15 clubs de natation au début du mois d’octobre pour que se tienne des nouvelles élections au sein de leur fédération après plus d’une année de crise.
Une crise institutionnelle et surtout de confiance sous la présidence de Doreen Tiborcz qui avait au fil des mois entraîné la démission de 4 sur les 10 membres que comptait ce comité illégalement constitué le 20 janvier dernier. D’autant plus que ce comité avait explicitement démontré son incapacité à organiser une seule compétition nationale. La grosse majorité des clubs voulait que les choses changent en dépit de la bonne fois du ministère de la Jeunesse et des Sports de trouver une solution acceptable par les parties concernées.
Mais têtus comme des mules, certains au sein de la FMN illégale n’ont pas voulu voir la vérité et la volonté des clubs. Profitant à la place des privilèges offerts étant membre d’une fédération, même illégale. Cependant l’affidavit d’Anil Nawjee, visiblement le tête de turc de ce comité vient dissiper le doute qui s’était immiscé dans la tête des dirigeants des clubs de natation. Il y a-t-il oui ou non des clubs fictifs qui ont été enregistrés par le comité illégale de la FMN, en prévision des prochaines élections? Si a priori ce qu’affirme Anil Nawjee laisse comprendre que son comité illégal n’a pas enregistré de nouveau club, mais est-ce que la façon dont ce paragraphe a été libellé peut vraiment faire comprendre ?
Il est cependant permis de douter, car son affidavit comprend deux  points intriguants». A savoir dans la présente affaire de la FMN primo (12 (b)) qu’un accord a été trouvé entre le ministre des Sports et le président de la FINA en présence du président du Comité National Olympique. Secundo (13 (a)) que le ministre des Sports a «has already set-up a caretaker committee in the name of the present executive committee to manage the day to day affair of the Respondant No 1 (FMN).» Et de ce fait qu’il n’y a pas besoin de nommer un caretaker committe comme réclamé dans la plaide des 9 clubs.
Deux faussetés
Des points qui sont totalement faux car nous savons tous que (1) Philippe Hao Thyn Voo n’a JAMAIS assisté à la rencontre entre Devanand Ritoo et Julio Maglione durant les JO de Londres et (2) le ministre Ritoo n’a jamais nommé le comité illégal présidé par Doreen Tiborcz comme un caretaker committee de la FMN. Rien que sur ces deux points totalement fausses  traduisent l’état d’esprit d’Anil Nawjee et de ceux qu’il représente. Nous nous demandons si avant la démission de Connie Verny (qui mettait définitivement la FMN dans une position illégale en vertu du Sports Act), qui est intervenue le 5 septembre — soit après la rencontre de Londres — une décision n’a pas été prise par les 7 membres de la FMN d’enregistrer des nouveaux clubs ou des régions? Dans ce cas présent il  s’agit pas,  durant cette période du 20 janvier au 5 septembre 2012, d’un caretaker committee, mais un comité légale selon les affirmations de Doreen Tiborcz .
Cette question il va sans dire que les hommes de lois des 9 clubs doivent en avoir des réponses claires. A l’effet que le nombre de clubs officiellement reconnu par la FMN est bien 15. D’autant plus que nous apprenons que cette affaire pourrait subitement connaître un dénouement cette semaine avec l’annonce du calendrier pour les élections régionales.