Peut-on parler aujourd’hui d’une avancée significative dans l’exercice pour remettre en place la Fédération mauricienne de Natation? Difficile de répondre de façon définitive à cette question, même si la date des élections régionales — premier pas de cette exercice — a été annoncée pour le 2 mars au Mauritius Sports Council (MSC). En effet, si Mahen Purbhoo — qui a été appelé à assumer la présidence de l’Election Panel en l’absence de Ben Ekumbo — a annoncé que les consultations au niveau régional se feront le 2 mars au siège du MSC à Rose-Belle, par contre rien n’est certain quant à la réussite de sa mise en oeuvre.
Pour preuve, Doreen Tiborcz est parvenue à faire le représentant de la FINA-CANA  revenir sur deux points de l’accord qu’il avait eu avec les clubs, et ce en deux fois. Primo: que la présidente illégale de la FMN ne siègera pas au sein de l’Election Panel, puisque Ben Ekumbo aurait lui-même estimé face aux clubs que «Doreen is the problem». Et secundo: le choix d’un représentant de chaque région pour siéger au sein de ce même comité. Si on s’en tient au courrier électronique que Ben Ekumbo a envoyé au ministre des Sports, Devanand Ritoo, mardi dernier, le choix de Richard Meeterjoye, Harold Lai, Charles Cartier et Dominique Seeyave pour constituer l’Election Panel est caduc.
Il est clair que ce n’est pas Ben Ekumbo lui même qui est en train de contester la présence de ces quatre personnes au sein de l’Election Panel. Car la première phrase de son courrier électronique laisse clairement comprendre qu’une personne à Maurice l’a informé de cette situation. «It has come to my attention that some of the club members who attended the meeting on 6th with me were not honest while submitting names of Regional Representatives as agreed, one per region […]», peut-on lire dans sa lettre. Il ne fait aucun doute que la présidente du comité illégal de la FMN s’est empressée d’aller cracher son vénin sur les membres que Ben Ekumbo a lui-même avalisé avant son départ le samedi 9 février de Maurice.
Jouer à la roulette russe
Pour un représentant de la FINA venu à Maurice pour régler un problème aussi épineux et qui ne prend pas la peine de vérifier ses données avant de prendre une décision,ça ne fait pas sérieux.  On peut même poser des questions, voire mettre en doute l’honnêteté de ses décisions, qu’il semble vouloir changer au bon vouloir de Doreen Tiborcz. Peut-on espérer autre chose d’un homme qui lui-même n’a pas agi honnêtement au sein de la fédération kenyanne de natation pour rester au pouvoir. Nous disposons même des preuves qui dit comment Ben Ekumbo a «manipulé» l’assemblée générale de sa fédération.
Avec le timeframe de 45 jours que le Kenyan a lui-même imposé pour qu’un nouveau comité exécutif pour la FMN soit mis en place on se demande si, sur les conseils des «spin doctors», Ben Ekumbo n’est pas en train de jouer à la roulette russe avec la natation mauricienne. Car sans conteste, il y a une démarche pas très saine dans ces revirements de veste du représentant de la FINA. Et la question essentielle dans ce genre de situation: a qui profite le crime?
A qui effectivement peut profiter un éventuel blocage de l’Election Panel? Il n’est pas nécessaire d’escalader le Corps de Garde ni la montagne des Signaux  pour désigner celle qui en tire largement profit de cette situation. D’autant plus que la coïncidence  veut que le représentant du Comité Olympique Mauricien (COM) au sein du Panel a évoqué l’arrêt des travaux de ce comité après le courrier de Ben Ekumbo. Tandis que Doreen Tiborcz — qui a fait croire à Ben Ekumbo que Oy Lynn Chan Chin Wah  était trop occupée avec son travail qu’elle ne pouvait être présente dans le Panel, quelle coïncidence — a en maintes occasions évoqué le fait que le panel ne devrait pas «être pressé pour organiser les élections».
Mais face à cette situation, Mahen Purbhoo a tenu ferme et a indiqué à ceux présents vendredi au siège du MSC qu’il ira au bout de sa mission qui est d’organiser et de surperviser les élections régionales et nationales de la Fédération mauricienne de Natation. «Je savais que dès l’instant que j’ai pris cette responsabilité que ce job n’allait pas être de tout repos. Mais dès le départ j’ai fait comprendre à tout le monde que j’ai eu une mission qui est  d’une part d’organiser et de superviser les élections régionales et nationales de la FMN et d’autre part d’update les statuts de la FMN pour qu’ils sont en conformité avec le Sports Act. J’ai aussi fait comprendre que j’ai accepté cette mission pour aider à débloquer une situation qui dure depuis 17 mois. Dans ces conditions et surtout en raison du fait que nous jouons contre le temps, il était important d’aller par étapes et prendre une décision sur le premier exercice que sont les élections régionales», a expliqué hier matin au téléphone Mahen Purbhoo.
Réunion sur les Statuts
Ce dernier a confirmé à Week-End que la date des élections régionales est  le 2 mars et que les élections nationales se tiendront dans 30 jours avec le choix des 15 délègués. Entre-temps ce vendredi, l’Election Panel se réunira à nouveau pour voir les statuts de la FMN avec le Principal Inspector, M. Sunassee, du Registrar of Associations pour voir les amendements qui sont nécessaires pour que le document puisse être accepté et enregistré. Pour ce qui est des membres qui sont contestés par Doreen Tiborcz par les mains de Ben Ekumbo, Mahen Purbhoo a pris la décision que ces personnes doivent venir avec une lettre de leur comité régional comme justificatif.