La Réunion et les Seychelles se sont partagé les six titres en jeu hier lors de la quatrième journée de compétition de natation. Les Réunionnais ont enlevé quatre médailles d’or, autant en argent et une de bronze. Quant à l’île hôte, elle a enlevé les deux courses restantes et y a ajouté une médaille d’argent. Côté mauricien, on a dû, comme la veille, se contenter de l’argent (une) et du bronze (cinq).
On espérait secrètement qu’Emmanuel Froget reproduise son exploit du 100m papillon, mais le Mauricien n’a pas été en mesure de dominer ses adversaires. Il n’a tout de même pas démérité sur le 200m papillon hier. Sur la même distance, mais en féminin, Laisha Mundookissoory avait des chances de premier ordre sur papier, mais elle est complètement passée au travers et c’est l’autre Mauricienne, Claudia Tiborcz, qui est montée sur le podium. Une médaille de bronze assez inattendue pour cette dernière qui démontre qu’elle a évolué sans pression.
Sur le 50m brasse masculin, Oliver Ah Ching et Darren Chan Chin Wah se sont battus courageusement et ont pris les deuxième et troisième places respectivement derrière l’intouchable Boris Steimetz. En féminin, Élodie Poo Cheong a donné le maximum mais a dû se contenter du bronze derrière le duo réunionnais Géraldine Huffner et Louise Lebrun.
Au 200m nage libre hommes, Mathieu Marquet a tenté le tout pour le tout, mais les Réunionnais Benoît Debast et Julien Vialette étaient plus forts. Chez les dames, Olivia de Maroussem et Heather Arseth ont réalisé des temps corrects, à savoir 2’10”70 et 2’10”82 respectivement, mais ont terminé 4e et 5e.
Le Directeur technique national (DTN), Philippe Pascal, était globalement satisfait du comportement de ses protégés. « Une grande majorité des nageurs ont réalisé leurs meilleurs temps. Emmanuel Froget réalise un excellent 2’10 au 200m papillon et ce, même si on n’avait pas prévu la performance de Bristol. L’objectif pour Emmanuel était de rester dans les pieds de Benjamin Huot-Marchand, de faire la course à son rythme et de sortir son finish, qui est meilleur que celui de Benjamin. Mais Bristol a bouleversé les plans. Chez les filles, Claudia Tiborcz arrache une belle 3e place, alors que Laisha Mundookissoory passe à côté de sa course. Elle avait l’air absent, pas concentrée du tout. Je m’attendais à mieux de sa part car on visait ni plus ni moins que la gagne. Au 50m brasse, Oliver Ah Ching et Darren Chan Chin Wah sont dans leurs temps mais la différence de puissance avec Boris Steimetz est évidente. Chez les filles, Élodie Poo Cheong a pris un super départ mais l’a payé par la suite. Au 200m nage libre, Mathieu Marquet est parti vite et a fait son premier 100m en moins de 58 secondes, mais il a eu du mal à finir. Valéry de Falbaire, de son côté, a pris un départ plus prudent et a amélioré son temps de deux secondes. Chez les filles, Olivia de Maroussem améliore son temps alors que Heather Arseth égale le sien », analyse-t-il.
Même si le compteur de médailles d’or est resté bloqué à six, le DTN n’en fait pas une maladie. « Après quatre jours de compétitions, les organismes sont usés par la répétition d’efforts. L’effet de surprise causé samedi est passé et, désormais, on regarde les Mauriciens d’une autre façon. Mais jusqu’à présent, le bilan est positif », remarque le technicien français.
Les Seychelles ont donc ajouté deux nouvelles médailles d’or à leur tableau de chasse. Au 200m papillon dames, Shrone Austin s’est illustrée avec un nouveau record des Jeux (2’23”82). Celle-ci remporte ainsi sa quatrième médaille d’or dans ces Jeux. Bertrand Bristol avait juste avant enlevé le métal le plus précieux au 200m papillon masculin.