La réunion de l’Election Panel, mis en place pour organiser des nouvelles élections au sein de la Fédération mauricienne de Natation, a failli exploser en milles morceaux lors de sa dernière réunion de lundi dernier. Est-ce une tentative de putsch à trois semaines des élections au niveau national (6 avril) ? Ou est-ce une ultime provocation pour mettre à mal ce Panel afin de faire évoluer les choses dans une autre direction ?
Si la question reste posée, il demeure néanmoins que les talents diplomatiques de son président, Mahen Purbhoo, ont été mis à rudes épreuves. N’était-ce sa perspicacité, l’Election Panel n’aurait eu plus de secrétaire à valeur du jour. Puisque le titulaire au poste, Anil Nawjee, aurait clairement menacé de démissionner lorsqu’il a été mis devant les faits concernant le libellé du Procès Verbal (PV) de la réunion du 2 mars dernier. Une réunion qui avait vu l’élection des 15 représentants de 5 régions reconnues par la FMN en présence de Ben Ekumbo, le secrétaire général de la Confédération africaine de Natation (CANA).
Selon nos informations, l’ex-secrétaire de la Fédération mauricienne de Natation (FMN)  qui fut sévèrement battu dans la région de Curepipe le 2 mars, aurait tenté de faire inscrire dans le Procès Verbal que l’ex-présidente de la FMN était toujours responsable de la gestion des affaires de la fédération. Un fait qu’ont contesté plusieurs membres au sein du Panel, eu égard aux propos tenus par le représentant de la FINA-CANA ce jour précis au siège du Mauritius Sports Council (MSC). Anil Nawjee aurait été pris la main dans le sac.
Le courrier électronique du 4 mars
Selon les informations de Week-End, la partie liée à la question de Richard Meeterjoye à savoir dans quelles mains se retrouvent les affaires de la fédération de natation après le vote de 15 membres ou est-ce que l’administration de cette discipline demeure entre les mains de l’Election Panel? La réponse de Ben Ekumo à cette interrogation, qui était «The Panel», ne figure pas dans le PV soumis à l’approbation des membres du Panel lundi dernier. A la place, on retrouve une réponse «travaillée» de Ben Ekumbo dont on retrouve l’essentiel des mots dans un courrier électronique, dont Week-End est en possession d’une copie, en date du lundi 4 mars — soit 48 heures après le déroulement de la réunion du MSC — envoyé à Doreen Tiborcz avec copie à Anil Nawjee à 14h43.
Un point qu’ont vivement contesté quelques membres de l’Election Panel, dont Richard Meeterjoy, Harold Lai, voire  Dominique Seeyave. Placé au pied du mur Anil Nawjee a joué son va-tout en brandissant la menace de démission, mais au final,ce fut une veine tentative. Mais cette démarche est loin d’être une simple «saute d’humeur» d’une personne qui a perdu tout espoir de retrouver sa place dans le prochain comité de la FMN.
Au contraire, nous souligne Richard Meeterjoye: «la coordination qu’il y a eue entre Anil Nawjee et Doreen Tibrocz dans la réunion de lundi était pour le moins inhabituelle». Pourquoi? Allez savoir, car nous apprenons également que le ton et l’attitude de l’ex-présidente ou «out going President» comme on la surnomme affectueusement dans l’Election Panel ,ont changé. Mais lundi dernier, il semblerait que Doreen Tiborcz a  fait une fixation sur le fait qu’elle est encore présidente de la FMN.
«I am the President of the federation», est venue comme une leitmotiv de la bouche de Doreen Tibrocz. Comme pour essayer de faire comprendre qu’elle détient un quelconque pouvoir au sein de la natation mauricienne.Tout laisse croire qu’elle ne compte pas lâcher prise, notamment avec les Championnats du Monde en petit bassin à Barcelone en Espagne (voir hors texte).