Le président du Comité olympique mauricien (COM), Philippe Hao Thyn Voon, estime que le contenu du courriel de la Fédération internationale de natation (Fina), en date du 2 novembre, faisant état notamment de la dissolution de l’actuel comité intérimaire mis en place par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), démontre que les choses n’ont pas été faites dans la transparence.
« Le verdict de la Fina donne raison au COM. C’est une victoire pour l’autonomie des fédérations. L’ingérence externe est intolérable dans une fédération. Depuis l’institution de ce comité intérimaire, le COM avait dit que les paramètres n’ont pas été respectés. Je dois dire cependant que ce verdict de la Fina a terni la réputation du pays. Ceux qui ont provoqué une situation malsaine doivent en assumer les conséquences », déclare au Mauricien le président du COM.
Ce dernier est d’avis qu’il y avait conciliabule pour amener des membres à démissionner collectivement et aussi vu la rapidité avec laquelle le MJS a constitué un comité intérimaire sans pour autant avoir une consultation franche avec le COM.
« Fort heureusement que le COM a pris la situation en main pour alerter la Confédération africaine de natation et la Fédération internationale de natation pour les mettre au courant de certaines ingérences au coeur la FMN. Le COM a assumé ses responsabilités. Il ne faut pas que d’autres fédérations subissent de tels traitements. »
Philippe Hao Thyn Voon n’est pas passé par quatre chemins pour dire que la FMN, particulièrement sa présidente (Ndlr : Doreen Tiborcz), avait subi une discrimination claire et nette. « Comment se fait-il qu’à peine la démission collective en natation, un comité intérimaire a vu le jour alors qu’en tir à l’arc cela n’a pas été le cas. Pis, le tir à l’arc compte un comité intérimaire de 16 personnes, incluant son président. »
Revenant sur le verdict de la Fina, Philippe Hoa Thyn Voon estime qu’il faut mettre en application ses recommandations pour éviter le pire. « Le verdict de la Fina est irréversible. Il faut que le nouveau comité intérimaire, composé de membres non démissionnaires, prenne les choses de la natation afin d’éviter d’empirer la situation », souligne le président du COM.
———————————————————————————————————————————
Quand le comité intérimaire pénalise les nageurs
On serait tenté de dire que le comité intérimaire n’a fait que pénaliser les nageurs, et ce, sans aucune réaction de la commission technique de la FMN, présidée par Philippe Pascal, directeur technique national et entraîneur attaché au Trust Fund for Excellence in Sports (TFES).
Ceux qui estiment que les nageurs ne sont nullement affectés par la situation actuelle à la FMN ont tort. Il se trouve que les nageurs ont été privés de trois compétitions depuis octobre à ce jour. L’Open Short Course Meet (benjamins à monter) devait avoir lieu les 8 et 9 octobre, et la Future Day (prépoussins et poussins) le 15 octobre. Ce week-end, les nageurs (benjamins à monter) devaient être en action à l’occasion de l’Open Long Course Meet.
Les 9es championnats d’Afrique juniors au Port Harcourt au Nigeria (1er au 4 décembre), faisaient partie du calendrier de la FMN proposé en août dernier par l’entraîneur attaché au TFES.