Murvin Clélie (photo d'archives)

Dans le cadre du 51e anniversaire de l’indépendance, le ministère des Arts et de la Culture a récompensé hier soir les artistes qui ont excellé dans les réalisations artistiques en 2018 au Ravenala Attitude, à Balaclava. Cette deuxième édition des National Awards, riche en émotions, a vu la consécration de Murvin Clélie, de The Prophecy, dans la catégorie musique et chansons. C’est le légendaire Serge Lebrasse, 88 ans, qui lui a remis son prix sous les applaudissements nourris de la foule. Cette récompense vient à point nommé par cet artiste proclamé meilleur chanteur en 2018 avec son titre Laglwar.

Les artistes émergents et les professionnels étaient également à l’honneur. Dans la catégorie littéraire, Ramesh Ramdoyal, 80 ans, fondateur du Mauritius Institute of Education et auteur de plusieurs ouvrages sur l’île Maurice, dont An Islander’s Journey, a obtenu le premier prix du ministre des Arts et de la Culture, Pradeep Roopun.

Dans la catégorie “Visual Arts”, la récompense a été attribuée à Krishna Luchoomun, qui a dédié son sacre à sa mère qui fêtait hier son anniversaire. Ce passionné des beaux-arts, qui a étudié en Russie et a participé à des expositions à travers le monde, estime qu’il est important de créer un studio, où l’art peut s’épanouir et où les artistes peuvent exposer leurs travaux. Krishna Luchoomun a devancé deux grosses pointures dans le domaine de l’art visuel, à savoir Nirveda Alleck et Nirmala Luckeenarain.

Marousia Bouvery, du groupe Abaim, s’est distinguée dans la catégorie “Théâtre”. Elle a devancé Miselaine Duval, également nominée dans la catégorie “Cinéma”. La directrice des Komiko et productrice des longs-métrages Panik et Bénédiction n’a pas eu les faveurs du jury. Pour Marousia Bouvery, c’est une « reconnaissance juste » pour les enfants de Barkly, qui ont révélé leurs talents artistiques. L’aventure a débuté en 1988 et, depuis le triomphe de la Boutique en tôle, le succès n’a jamais quitté le groupe Abaim.

Jean Renat Anamah a, lui, devancé son élève Stephan Bongarçon pour décrocher le premier prix dans la catégorie “Danse”. Directeur artistique et comptant 39 ans de carrière dans la danse, surtout contemporaine, il avait présenté le projet “Hide and Seek” au ministère des Arts et de la Culture.

Vijendra Ramdhun, le gagnant d’un concours de court-métrage organisé par le ministère du Tourisme et intitulé “Heritaz Nou Ancet”, a remporté le premier prix dans la catégorie “Cinéma”. Il a reçu son prix des mains de Vik Khanna, réalisateur de Jhol dont le film a été lancé hier soir à MCiné, Flacq. Cette consécration a surpris plus d’un car le gagnant a devancé Miselaine Duval, auteure de deux gros succès, Panik et Bénédiction, et d’un troisième film, qui est en production. Cette humoriste présentera un festival du rire cette année.

Deux nouvelles catégories sont venues s’ajouter aux six autres. Le “Lifetime Achievement Award” a été remis à Dhyaneshwar Dausoa, célèbre sculpteur de Dagotière. N’ayant pu faire le déplacement, le prix a été remis à son frère. Hitish Appadu, lui, a décroché le prix du “Most Promising Award”. Son film, San Twa Pena Mwa sortira bientôt dans les salles de MCiné.

Barlen Vyapoory, le président de la République par intérim, a affirmé que cette remise de prix est « un exercice de reconnaissance aux artistes dont les performances ont été saluées ». Il poursuit : « Les talents ont l’occasion de s’épanouir dans notre société multiculturelle. Je souhaite que la culture devienne une industrie. Il faut que les gens sortent pour aller au théâtre, au cinéma et visiter les expositions. Je demande aux artistes de partager leurs expériences et d’innover car l’avenir s’annonce brillant. »

Pradeep Roopun a rappelé que ce sont les créations de 2018 qui ont été primées cette année, annonçant que les lauréats ont reçu un “cash prize” de Rs 100 000.