La National CSR Foundation a dévoilé sa première liste de projets sous le programme de responsabilité sociale. On compte 133 projets au total, pour un montant de Rs 129, 916, 305. C’est l’item éducation et pauvreté qui se retrouve avec le plus grand nombre de projets, soit 36, pour un financement de Rs 34, 940, 631. Suit de près la lutte contre la pauvreté, avec une enveloppe de Rs 16, 715, 954. La plus petite enveloppe est attribuée à l’item « peace and nation building », soit Rs 2, 564, 125. L’appel à projets avait été lancé le 18 avril dernier.
Les Organisations non-gouvernementales (ONG) l’attendaient depuis longtemps. Depuis la mise en place de la National CSR Foundation (NCSRF) l’année dernière, c’est la première fois qu’un premier décaissement est effectué pour des projets sociaux. Le premier bilan dévoilé par la fondation contient un total de 133 projets, dont 36 en éducation et formation, 23 pour la lutte contre la pauvreté, 24 pour l’aide aux personnes handicapées, 17 pour la santé, 11 pour la protection de la famille, 8 pour l’environnement, 6 pour le sport et les loisirs, 5 pour les logements sociaux et 3 pour la paix et la « nation building ». Des dix domaines reconnus pour le financement sous la CSR, seule la sécurité routière se retrouve sans projet approuvé pour ce premier bilan.
Au 7 septembre, 297 projets avaient été soumis à la NCSRF. Outre les 133 déjà approuvés, 115 autres sont en cours d’évaluation, 43 ont été rejetés et 6 ont été retirés par les demandeurs. Il est prévu qu’un deuxième décaissement se fasse bientôt pour les autres projets en cours d’évaluation. Des 133 projets approuvés, le contrat a déjà été signé pour 101 et un premier décaissement effectué. Les autres sont en cours de procédures et seront effectués bientôt.
Pour les projets d’un montant maximum de Rs 1 M, l’argent est versé en deux tranches. Pour ceux supérieurs à cette somme, le décaissement se fait en quatre tranches. Avant chaque décaissement, les ONG doivent fournir un rapport écrit sur l’avancement du projet. La NCSRF peut aussi faire appel à des professionnels indépendants une évaluation sur le terrain.
Il faut savoir que c’est la première fois que des projets sont financés sous la nouvelle loi régissant la Corporate Social Responsibility. Dorénavant, les compagnies ont l’obligation de verser 50% de leurs fonds CSR à la NCSRF qui les attribuera par la suite aux ONG pour les différents projets. Du budget octroyé à l’éducation, il nous revient qu’une somme importante a été accordée à l’organisation TIPA, qui assure l’accompagnement et les activités artistiques dans les écoles ZEP.
Selon les règlements en cours, un projet ne doit pas dépasser Rs 3 millions. De cette somme, un maximum de 15% est autorisé pour les frais administratifs et le personnel. Une somme additionnelle à hauteur de 5% du projet est aussi accordée pour la formation dans le but d’améliorer le service. Le reste du fonds alloué doit aller aux bénéficiaires à travers le projet.
Parmi les critères d’évaluation, on compte la durabilité, ainsi que la contribution du projet à atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations unies. Les ONG dont les projets ont été rejetés, ont un délai de 15 jours pour faire appel de la décision du comité.