L’inactivité physique chez les jeunes est très alarmante, selon le ministère de la Santé. Seuls 19,4 % des 13-15 ans sont physiquement actifs, précise-t-il. 26,6 % des jeunes âgés de 12 à 19 ans sont ainsi obèses ou en surpoids. Chez les adultes, 56, 2 % ne font aucun exercice physique, qu’il soit modéré ou intensif.
« L’absence d’activité physique est la cause de l’incidence élevée des maladies cardio-vasculaires, du diabète, de l’obésité et même du cancer du sein et de celui du côlon », a déclaré le ministre de la Santé Lormus Bundhoo à l’ouverture hier d’un atelier de travail au Domaine les Pailles pour discuter des recommandations du sous-comité sur les National Physical Activity Guidelines en vue de leur validation. L’objectif est d’évaluer l’application du Plan d’action national sur les activités physiques 2011-2014 élaboré par le ministère de la Santé et d’autres ministères, des ONG, des représentants de la société civile et du secteur privé.
Le ministre de la Santé a cité des chiffres encore non publiés à ce jour du Mauritius Nutrition Survey de 2012 qui montre que 21, 8 % des jeunes âgés de 5 à 11 ans et 26,6 % de 12 à 19 ans sont obèses ou en surpoids. « Ces enfants courent un risque élevé de souffrir du diabète… Les maladies non transmissibles représentent 80 % des maladies les plus répandues à Maurice et 75 % de la mortalité annuellement », a-t-il précisé.
Les chiffres parlent d’eux-mêmes : seulement 23,2 % des hommes et 10,9 % des femmes adultes ont une activité physique régulière, indique le ministère de la Santé. En dépit des campagnes de sensibilisation, les Mauriciens sont réticents à faire un peu de sport pour protéger leur santé. Les stakeholders ont eu à se livrer à une session de brainstorming pour identifier les barrières qui empêchent les Mauriciens et une majorité des jeunes à bouger davantage.
« L’inactivité physique est un major cause of concern », a affirmé Lormus Bundhoo. C’est une des causes principales de l’incidence élevée des maladies non transmissibles à Maurice, notamment quand il associé à une alimentation déséquilibrée, au tabagisme et l’abus de boissons alcoolisées, a-t-il expliqué. Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’inactivité physique est le quatrième facteur de risque dans le monde de mortalité. Elle est responsable de 21 % à 25 % des cancers du sein et du côlon, de 27 % du diabète et de 30 % des maladies cardiaques.
En vue de prévenir les maladies non transmissibles, le ministère de la Santé ouvrira prochainement deux autres Health Tracks à Goodlands et à Bassin qui viendront s’ajouter à ceux de Rose-Belle et de l’Espérance Trébuchet. Un gymnase pour les fonctionnaires a été aménagé au huitième étage du bâtiment Emmanuel Anquetil à Port-Louis et un autre au quartier général du ministère de l’Éducation à Phoenix. Des cours d’aérobic, de yoga et de tai-chi sont dispensés dans 64 localités. 25 Health Clubs équipés sont opérationnels.
Le Football for Health Project, qui cible 17 000 jeunes, est en cours dans 157 collèges avec la collaboration de la FIFA. De plus, l’éducation physique est un sujet d’examen pour le School Certificate depuis 2011. Les cours de natation d’une durée de dix mois, Swimming for Health, ont quant à eux été lancés en 2012.