À quelques jours des Internationaux de Maurice (11-14 juin), qui promettent d’être très relevés en masculin, le National Senior Open aura servi de mise en jambes aux badistes de la sélection locale. Lors de la phase finale tenue hier au centre national (Rose-Hill), Kate Foo Kune s’est adjugé le triplé en simple, double dames et mixte, alors que Julien Paul a conforté sa position de n°1 du simple hommes et en mixte avec Foo Kune. Le titre du double hommes est revenu au tandem n°2 composé de Kiran Baboolall-Christopher Paul.
L’absence d’Aatish Lubah, touché au genou à l’entraînement il y a environ un mois, est le seul regret qu’on pourrait avoir à maintenant deux mois des Jeux des îles (1er-9 août). Mais en général, la sélection mauricienne commence à prendre forme, même si elle sera révélée de manière claire après les internationaux.
Mais là encore, cette échéance pourrait desservir par exemple les meilleures paires dans l’éventualité que celles-ci se retrouvent dans la partie la plus relevée du tableau, alors que les moins bonnes pourraient hériter d’un tirage au sort plus favorable. Un ranking tournament aurait été peut-être plus judicieux pour évaluer réellement quelle est la véritable force des équipes en double hommes, dames et mixte, estime-t-on dans le giron.
Bref, hier, Kate Foo Kune a été assez expéditive en finale du simple dames, pliée en 17 minutes, 21-6, 21-7 face à Kobita (Reeya) Dookhee. La double championne d’Afrique (simple et double dames avec Yeldy Louison), qui revient de ses deux premiers tournois comptant pour la qualification olympique de Rio 2016 en Slovénie et Trinité-et-Tobago, avoue toutefois qu’elle attend confirmation de la date à laquelle se tiendra le camp d’entraînement en Indonésie entre juin et juillet.
Autrement, elle poursuivra sa préparation en Suisse et en Irlande avec des sparring-partners de choix. « Ensuite, je compte m’aligner à un tournoi à Lagos (Nigeria) et en Russie avant de revenir pour les Jeux », précise-t-elle. Pour son triplé d’hier après-midi, elle trouve que « c’est bien de rentrer pour servir à mon tour de sparring-partner à mes coéquipières. Il y a effectivement une différence de niveau. Mais je suis contente de leur apporter l’expérience que j’ai acquise à l’étranger. C’est également l’occasion de tester les paires de double puisque nous n’avons pas joué ensemble depuis un moment. Le DTN (ndlr : l’Indonésien Annas Jauhari) va évaluer notre niveau pour composer les meilleures paires possibles ».
En finale du simple hommes, Julien Paul, 18 ans, s’est retrouvé face à un Kiran Baboolall accrocheur qui s’inclinait en 26 15-21,16-21. « Être le favori est un peu pesant. La pression se fait sentir car tout le monde veut vous battre. Mais je m’entraîne dur et à plein temps depuis que j’ai terminé mes études l’an dernier. Et cela porte ses fruits. Ce tournoi est une préparation qui me permet d’améliorer mon jeu et corriger mes défauts. L’objectif principal reste les Jeux des îles », indique-t-il. Il remercie le TFES et son sponsor, Sanjeev Ramchurn de Cool Food.
Kiran Baboolall est quand même reparti avec le titre du double hommes avec son partenaire Christopher Paul. Ils ont créé la surprise en venant à bout en finale de la paire favorite n°1 composée de Sahir Edoo-Shaheer Ramrakha 21-13, 21-9 (25 minutes). « Julien est rentré récemment d’un stage en Malaisie et à deux mois de Jeux, ce tournoi me permet de me situer et de m’améliorer là où il le faut. Je pense que deux mois suffiront pour corriger les lacunes. En simple, j’ai donné le meilleur de moi-même et en double avec Christopher nous sommes vite entrés dans le match et maintenu la pression que ce soit en attaque ou en contre quand nous étions en difficulté. Nous sommes restés fermes. Nous remercions également l’appui du DTN, car il nous encourage et nous motive à nous surpasser. Nous nous sentons bien pris en mains », fait ressortir Kiran Baboolall.