« Ministre menteur », « I order you out », « Obama », « Trump », « Wikipedia »… Les jeunes de la National Youth Parliament (NYP) n’y sont pas allés de main morte durant ce deuxième jour de débats parlementaires à l’Assemblée nationale.

Les jeunes parlementaires se sont aujourd’hui penchés sur le changement climatique, au travers d’une séance pleine de rebondissements.

Pour les membres du gouvernement, Maurice devrait utiliser davantage les ressources naturelles du pays ainsi que les nouvelles formes de technologie.

« Il nous faut mieux investir dans l’énergie durable et installer plus d’éoliennes à travers le pays. Même si l’opposition pense tout savoir, il nous faut travailler tous ensemble main dans la main », a enjoué la vice-première ministre.

Tels pères…

Avec beaucoup d’exaltation et d’énergie, ces jeunes ont débattu férocement pour soutenir leurs arguments sur comment combattre le changement climatique et ses effets néfastes. Et à l’image de nos politiciens, des chamailleries ont émergé des deux côtés de l’assemblée.

Après un début de séance assez convivial, contre toute attente, Anas Mohamad Sakhawoth, ministre mentor, a été « ordered out » par le Speaker Zakariyyah Bawamia, suite à des propos jugés « unparliamentary » envers un membre de l’opposition.

Plus tôt toutefois, Anas Mohamad Sakhawoth avait été traité de « ministre menteur » par l’un des membres de l’opposition, ce qui avait déclenché une avalanche d’indignation au sein de l’hémicycle.

La Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, a confié que ces jeunes ont « dépassé [s]es attentes » en tant que parlementaires.

Au-delà du parlement.

Selon elle, ces jeunes ont eu une avant-goût du parlement. « La vie d’un parlementaire ne se résume pas seulement au parlement. Il y a un autre aspect qui est extrêmement important, c’est celui du travail sur le terrain », a affirmé la Speaker.

Le Premier ministre, Pouvarajen Canjamalay, de son coté, a estimé que pour exceller dans le rôle d’un parlementaire, il faut de « bonnes manières » et de la considération pour tout le monde.

« Lorsqu’on vient à l’Assemblée, il ne faut pas avoir une motivation égoïste. Les parlementaires doivent comprendre qu’ils représentent leur Constitution ».

Maya Hanoomanjee a annoncé que pour la prochaine édition du National Youth Parliament, les jeunes seront peut-être amenés à répondre au Question Time. Très contente que la séance fut très animée, elle a relevé qu’importe l’endroit, « on ne peut pas s’attendre à ce que le parlement reste silencieux ».