Les députés s’installent timidement dans les sièges de l’hémicycle, impressionnés par la solennité de l’Auguste assemblée. Le Speaker, quelque peu hésitant au début, prend vite ses marques et ouvre la séance parlementaire, peu commune. Celle-ci débute avec l’allocution du leader de l’opposition Nabil Khodabaccus, adressée au Premier ministre Pouvarajen Canjamalay.

L’Assemblée nationale a, en effet, ouvert ses portes à des jeunes de 14 à 23 ans pour la première édition du National Youth Parliament ce jeudi 2 août.

Les jeunes parlementaires, équitablement répartis entre hommes et femmes, prennent tour à tour la parole pour défendre leurs opinions. Et à l’image de leurs aînés, ils font rapidement monter la tension, alors que la Deputy Speaker tente tant bien que mal de calmer l’enthousiasme de ses camarades.

Ces 82 jeunes, choisis après un appel à candidatures, ont débattu sur trois motions: l’élimination de toutes les formes d’inégalité entre les genres ; les mesures qui doivent être prises pour assurer une éducation inclusive et promouvoir les opportunités de formation pour la vie ; et comment combattre le changement climatique et ses effets néfastes.

Toutefois, contrairement aux travaux parlementaires, les débats du National Youth Parliament ne sont pas retransmis en directe sur le site web de l’Assemblée nationale.

Formations.

L’ensemble des participants ont, au préalable, reçu une formation afin de mieux comprendre le fonctionnement du parlement de même que son historique. Les jeunes du National Youth Parliament ont eu l’occasion de développer leurs qualités décisionnelles, d’expression orale en public et de leadership, leurs connaissances sur la législation mauricienne et la Constitution, entre autres.

Ces deux jours de délibérations se tiennent sous la présidence de la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, en présence de plusieurs parlementaires.

« Il y a énormément d’espoir [placé] dans les jeunes d’aujourd’hui, qui grandissent dans une société équitable », a déclaré Ivan Collendavelloo, Deputy Prime Minister.

Et d’ajouter : « Avec cette autre culture, les jeunes peuvent corriger les injustices d’autrefois afin que tout le monde soit considéré équitablement. Ils peuvent désormais trouver de nouvelles solutions afin d’innover pour améliorer l’économie mauricienne ».

Les différents intervenants, dont le whip de l’opposition Dan Baboo, ont accueilli cette initiative qui permet notamment d’initier les jeunes aux travaux parlementaires.

Défis.

Pour celle qui faisait office de Deputy Speaker, Christelle Li San Cheung, la tâche n’a pas été toute simple.

« Je trouve que le rôle de Deputy Speaker est très difficile quand les membres du parlement font du désordre. C’est très challenging d’y ramener l’ordre, surtout en tant que femme, et de devoir parler à plus grand que soit ».

Selon Maya Hanoomanjee, les mesures discutées par les jeunes seront prises en considération par les autorités du pays.

Une deuxième séance aura lieu demain.