Maurice se trouve à la 63e place du classement mondial sur le développement humain, selon le rapport 2014 des Nations unies, publiées sous le titre “Sustaining human progress : reducing vulnerabilities and building resilience”. Le document a été rendu public le 24 juillet dernier au Japon.
Maurice se positionne entre la Malaisie (62e) et Trinidad et Tobago (64e) dans la catégorie “High human development”. Les 187 pays répertoriés par les Nations unies sont classés sous quatre catégories : “Very high human development”, “High human development”, “Medium human development” et “Low human development”. Concernant les pays occupant de la première à la 49e place (catégorie “Very high human development”), la Norvège arrive en tête, suivie de l’Australie, la Suisse, la Hollande, les États-Unis, l’Allemagne, la Nouvelle-Zélande, le Canada, Singapour et le Danemark (10e). Le Royaume-Uni, lui, est classé 14e, tandis que Hong Kong occupe la 15e place et le Japon la 17e. Israël arrive en 19e position avant la France (20e), l’Autriche, la Belgique, le Luxembourg (21e), le Qatar (31e), l’Arabie Saoudite (34e) et les Émirats Arabes Unis (40e).
C’est l’Uruguay qui inaugure la deuxième catégorie à la 50e place, suivi des Bahamas et du Monténégro. Maurice, elle, se trouve avant les Seychelles (71e), le Sri Lanka (73e) et la Chine (91e). Dans la 3e catégorie, soit les pays classés de la 103e à la 144e place, se trouvent la Palestine (107e), l’Indonésie (108e), l’Égypte (110e), l’Afrique du Sud (118e), l’Inde (135e) et le Bangladesh (142e).
Sous la catégorie “Low human development”, on retrouve le Pakistan (146e), le Kenya (147e), le Rwanda (151e), Madagascar (155e), le Zimbabwe (156e), les Comores (159e), Haïti (168e), le Mozambique (178e) et, en dernier, le Niger, qui termine à la 187e place.
Le rapport 2014, “Pérenniser le progrès humain : réduction des vulnérabilités et renforcement de la résilience”, souligne l’importance de promouvoir le choix des personnes et de protéger les réalisations en développement humain. Il soutient que la vulnérabilité est une menace pour le développement humain et que, à moins d’être adressé de façon systématique, le progrès ne sera ni équitable ni durable.
Selon l’indice de pauvreté basé sur les revenus, le rapport souligne que 1,2 million de personnes à travers le monde vivent avec USD 1,25 dollar ou moins par jour. Cependant, selon le Multidimensional Poverty Index du Programme de développement des Nations unies, 1,5 milliard de personnes, dans 91 pays, vivent dans la pauvreté avec des privations dans les domaines de la santé et de l’éducation et du niveau de vie qui se chevauchent. Le rapport note que même si la pauvreté est, dans l’ensemble, en baisse, pas moins de 800 millions de personnes courent le risque de retomber dans cet état. « Many people face either structural or life-cycle vulnerabilities », fait ressortir le rapport.
Il souligne que « les avancées réalisées en matière de technologie, d’éducation et de revenus sont encore plus prometteuses quant aux possibilités de mener des vies plus longues, plus saines et plus sûres ». Il poursuit : « Cependant, le monde actuel connaît un sentiment de précarité généralisé en ce qui concerne les moyens d’existence, la sécurité personnelle, l’environnement et les politiques mondiales. Les grandes réalisations dans des domaines critiques du développement humain, notamment la santé et la nutrition, peuvent être rapidement minées par une catastrophe naturelle ou une crise économique. Le vol et la violence peuvent affaiblir les personnes qui en sont victimes, tant physiquement que psychologiquement. La corruption, le manque de moyens et la passivité des institutions publiques peuvent laisser ceux qui sont dans le besoin sans aucun recours. »