La National Agency for the Treatment and Rehabilitation of Substance Abusers (Natresa) a procédé ce matin à la salle du conseil de la mairie de Port-Louis à la signature d’un Memorandum of Understanding avec trois nouvelles organisations non gouvernementales : Lakaz A, Groupe Renaissance de Mahébourg et le Centre Chrysalide. Ce protocole d’accord vient officialiser le soutien financier que leur accorde la Natresa dans un esprit de partenariat en matière de lutte contre la prise de drogues, notamment par le biais du traitement sous le programme de méthadone.
Sous ce MoU, Lakaz A, qui recevait jusqu’ici une aide de manière informelle de Rs 10 000 par mois, verra cette enveloppe être augmentée de Rs 20 000 supplémentaires mensuellement. Pour sa part, le Centre Chrysalide se voit octroyer une enveloppe financière pour la première fois. Celle-ci est de Rs 40 000 mensuellement, un montant plus élevé qui se justifie par son statut de centre résidentiel, le traitement en résidence pouvant être de longue durée, et sa panoplie d’actions de réhabilitation des femmes alcooliques, toxicomanes ou souffrant des deux et victimes des fléaux qui y sont souvent associés comme la prostitution, la séropositivité. Ces femmes, dont d’anciennes détenues, y sont accueillies avec leurs jeunes enfants. Enfin, le Groupe Renaissance de Mahébourg qui vient de démarrer son programme de réhabilitation recevra un soutien de Rs 10 000 mensuellement. Cette aide financière, qui aurait dû débuter en janvier dernier mais qui a été retardée pour diverses raisons pratiques sur le plan légal, comprend les paiements rétroactifs des sept derniers mois.
Vijaye Lutchmun, directeur exécutif de la Natresa, et Gérard Lesage, le président, se sont félicités de la signature de ce protocole d’accord qui vient élargir « la grande famille » de cet organisme et par là même consolider leur action concertée sur le terrain. La Natresa – qui est passée depuis peu sous la tutelle du ministère de la Santé – chapeaute maintenant 12 ONG oeuvrant dans la réhabilitation des toxicomanes et la prévention contre l’abus de drogue, soit 10 à Maurice et 2 à Rodrigues. Les deux intervenants font ressortir qu’avec ce MoU, l’enveloppe d’aide totale accordée aux ONG passe à Rs 1, 460 million, ce qui équivaut à 70 % du budget annuel de l’organisme, qui est resté inchangé depuis plusieurs années.