Navin Ramgoolam est revenu hier sur la polémique et les protestations autour des travaux en vue de la construction d’un restaurant végétarien sur l’aire de stationnement de la plage publique de Trou-aux-Biches afin de préciser sa position à ce sujet. Ainsi, répondant à des questions de la presse à la suite du lancement du livre de Benjamin Moutou intitulé « Pages d’histoires d’ici et d’ailleurs », le Premier ministre s’est référé au constat publié dans l’édition du Mauricien d’hier qui considérait qu’il était mal renseigné pour expliquer qu’il n’a pas dit qu’il était contre l’agrandissement de l’hôtel Trou-aux-Biches. « Ce qui m’exaspère c’est que lorsque les grands le font on parle de développement et lorsque les petits le font on les traite de voleurs. C’est cela que je voulais dire. »
Concernant les manifestations contre le projet de Trou-aux-Biches, le Premier ministre a estimé qu’« ici ce sont les mêmes groupes. Ils ne sont pas d’accord avec moi parce que je ne pratique pas la politique qu’ils veulent. De plus, certaines personnes protestent en ce moment parce qu’elles ont elles-mêmes des restaurants et craignent la concurrence ».
Le Premier ministre a d’autre part précisé que M. Bangaleea n’a jamais obtenu des terres de l’État. Navin Ramgoolam a affirmé avoir déjà donné des précisions à ce sujet à la suite d’une Private Notice Question de Paul Bérenger en tant que leader de l’Opposition en novembre 2012. « J’ai répondu à une question du leader de l’Opposition basée sur une fausse nouvelle. J’ai expliqué que mon “soi-disant agent politique” a fait sept applications pour un terrain de l’État. Toutes lui ont été refusées. D’ailleurs, il a été arrêté par la police. Il a été incarcéré. »
Le Premier ministre a fait comprendre qu’il n’est pas hostile aux critiques. « J’accepte les critiques parce que c’est grâce à elles qu’on corrige les erreurs. Le devoir de la presse est d’informer mais pas de déformer », a-t-il conclu.
Le Premier ministre procédera aujourd’hui à l’inauguration du campus de Bel-Air de l’Open University of Mauritius, en présence du ministre de l’Éducation tertiaire, Rajesh Jeetah, du ministre de l’Industrie, Kader Sayed-Hossen, et du ministre des Petites entreprises et des Coopératives, Jim Seetaram.