La nouvelle carte d’identité nationale a été officiellement lancée par le Premier ministre Navin Ramgoolam hier lors d’une cérémonie à l’Ebene Tower, Ébène, en présence de personnalités singapouriennes, dont R. Jayachandran, ambassadeur singapourien accrédité auprès de Maurice, et le ministre de la Sécurité sociale Sheila Bappoo et le ministre des Technologies de l’Information Tassarajen Pillay Chedumbrum. À partir du 1er octobre, quelque 920 000 cartes seront distribuées aux citoyens mauriciens. L’exercice devra prendre fin entre juillet et septembre de l’année prochaine.
La nouvelle carte d’identité, comme l’a souligné le Premier ministre hier, incorpore tous les éléments des nouvelles technologies sans toutefois négliger la question de sécurité. La carte actuelle qui est en circulation depuis l’été 1986 est, dit-il, dépassée et n’est pas à l’abri des fraudeurs. Navin Ramgoolam a cité le leader de l’Opposition, Alan Ganoo, qui, en juillet dernier, avait souhaité l’introduction d’un encadrement légal concernant la carte d’identité nationale.
Justifiant le choix de Singapour pour la réalisation du projet, le Premier ministre a expliqué que « Singapour, bien qu’il soit plus petit que Maurice en termes de superficie, est un des pays les plus efficients, qui est classé par Transparency International parmi les pays les moins corrompus et qui pratique la zéro tolérance pour toutes les formes de corruption. Au lieu d’avoir recours à une firme privée ne sachant pas à quelles magouilles cela pourrait donner lieu, j’ai préféré traité de gouvernement à gouvernement. On sait que le gouvernement singapourien est un des plus propres dans le monde. J’ai entendu certains exprimer des réserves mais Singapour a déjà une longue expérience en la matière. Nous avons puisé de l’expérience de Singapour. Toutefois, la carte mauricienne n’est pas la même que celle utilisée à Singapour », a soutenu le Premier ministre. Il a aussi rendu hommage à l’aide accordée au gouvernement mauricien à la suite du flash flood de février dernier, pour développer le réseau de distribution d’eau et pour les préparatifs en vue du lancement des appels d’offre dans le cadre de la construction du métro léger.
Le Premier ministre s’est appesanti sur les avancées technologiques dans le monde qui touchent les sociétés, les individus et les gouvernements. « On ne peut rester inactif et regarder les autres passer devant nous », a-t-il dit, insistant sur le fait qu’une économie moderne comme Maurice qui dépend de l’extérieur pour son commerce et ses services est tenue d’adopter les dernières technologies même si ces dernières nous fragilisent quelques fois. Il a expliqué que de plus en plus les pays deviennent exigeants quant aux données figurant sur les passeports ou les cartes d’identités.
« Nous devons toujours adopter les dernières technologies avec toutes les mesures de sécurité qu’elles impliquent. La corrélation entre développement technologique et compétitivité est bien établie », a-t-il insisté. Navin Ramgoolam a expliqué que déjà le taux de pénétration des téléphones cellulaires dans la population est estimé à 115 % correspondant à quelque 1,8 million d’abonnés. Ce qui veut dire qu’il y a plus de téléphones portables que de Mauriciens. Les numéros de téléphone à huit chiffres ont été introduits pour répondre à la demande et pour préparer l’avenir, a-t-il estimé. Par ailleurs, le nombre d’abonnés à l’internet est estimé à 568 000. Ce qui explique, dit le Premier ministre, que Maurice est en tête de l’indice des opportunités informatiques en Afrique subsaharienne. Le Premier ministre a aussi observé que les services en ligne offerts par le gouvernement remportent du succès. II a voulu pour preuve que 90 % des formulaires d’impôts ont été soumis par le biais de l’internet l’année dernière. D’autres services utiliseront l’internet dans le cadre de leurs activités quotidiennes.
Pour rappel, es données civiles figurants sur la nouvelle carte d’identité sont le numéro d’identité, le nom de famille, le prénom, le patronyme à la naissance, la date de naissance. La photo est incorporée à la carte qui contiendra également les empreintes digitales des pouces et des index ainsi que l’adresse résidentielle. On retrouvera également sur la carte, les armoiries officielles et le drapeau national de la République de Maurice, le logo du Mauritius National Identity Scheme (MNIS) qui entoure la photo en miniature du détenteur de la carte ainsi que sa date de naissance.