Animant un congrès à Goodlands, vendredi soir, Navin Ramgoolam, leader du PTr, s’est appesanti sur les élections générales qui, selon lui, « sont très proches ». « Nous réclamons les élections générales, à l’instar de Theresa May, en Grande-Bretagne, qui a eu l’honnêteté de les convoquer, car on ne fabrique pas un Premier ministre », a-t-il dit devant un parterre de sympathisants, nons sans ajouter que « le PTr, en cas d’élections, reprendra le pouvoir ». Navin Ramgoolam prévoit que d’autres scandales éclateront. « Ler pe fini kot nou pou bizin apendan squelette », a-t-il déclaré.
Le leader du PTr n’a pas mâché ses mots contre le Premier ministre, Pravind Jugnauth et le ministre mentor, Sir Anerood Jugnauth qui ont « instauré un régime répressif pire que les Anglais de l’époque coloniale ». L’affaire de la notaire Wenda Sawmynaden sur la vente de l’hôpital Apollo Bramwell laisse Navin Ramgoolam perplexe. Il soutient que le rapport du groupe Ciel ne fait pas mention du nom de la notaire et se demande combien de fois le groupe Ciel a sollicité les services de Wenda Sawmynaden. Pour Navin Ramgoolam, « Omega Ark est le plus gros scandale du pays. Et c’est par pure vengeance qu’ils ont détruit le BAI ». Il a rappelé que l’hôpital Apollo Bramwell était évalué à Rs 2,5 milliards, mais a été vendu à Rs 700 millions. Il va plus loin en disant que la compagnie Megacom a été formée deux mois avant la transaction entre Apollo Bramwell et Omega Ark. D’autre part, Navin Ramgoolam se réjouit de la démission de Roshi Bhadain du gouvernement : « Si li pa ti demissione eski ou ti pou kone komien Britam in vande ? »  L’affaire d’Alvaro Sobrinho a aussi occupé une place importante lors du congrès. Selon l’ancien Premier ministre, le milliardaire angolais aurait envoyé un courriel à Pravind Jugnauth lorsque ce dernier était ministre des TIC.
« Zot met zot ?dimoun partou »
Dans la foulée, il n’a pas ménagé la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, qui aurait mis la pression sur le gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi pour qu’une banking licence soit octroyée à Alvaro Sobrinho. « Ce n’est pas le rôle de la présidente d’attirer les investisseurs à Maurice, mais plutôt celui du Board of Investment », a-t-il précisé.
Navin Ramgoolam a été très acerbe envers Sir Anerood Jugnauth pour sa manière de gérer le pays lorsqu’il était encore Premier ministre.  L’ex PM a été très critique sur la nomination de Jane Yerriah à l’Equal Opportunities Commission, de Youshreen Choomka à l’Independent Broadcasting Authority et de Naila Hanoomanjee à Landscope Mauritius. « Zot met zot dimoun partou », dit-il  à ce propos. Quant à Sherry Singh, CEO de Mauritius Telecom, qui selon lui, touche un salaire de plus de Rs 1 million par mois, il le qualifie ni plus ni moins de « sef la kwizinn ».
Au sujet du 1er mai, Navin Ramgoolam est d’avis qu’il sera la cible principale du meeting de l’alliance MSM/ML ce lundi à Vacoas : « Ils sont mécontents que je suis encore là. Leur intention est de me réduire à réant. » Il déclare que dans ce meeting, des Bangladais seront présents en masse pour grossir la foule. Navin Ramgoolam a aussi rappelé l’histoire du PTr et la « détermination du parti à continuer sa bataille pour accéder au pouvoir ».
D’autres intervenants ont également pris la parole ensuite, dont Anil Bachoo, Arvin Boolell, Cader Sayed-Hossen, Patrick Assirvaden et Mahen Gungapersad. Les autres députés du PTr au Parlement comme Shakeel Mohamed, Osman Mahomed, Ezra Jhuboo et Ritesh Ramful ont brillé par leur absence.