Le programme gouvernemental demeure enraciné au principe de « mettre l’humain au centre du développement ». C’est ce qu’a indiqué le Premier ministre Navin Ramgoolam au Parlement hier à l’occasion de son intervention sur le discours programme 2012-2015.
Le Premier ministre était l’avant dernier à intervenir hier au Parlement. Et pendant presque 75 minutes, celui-ci a élaboré sur les grandes questions économiques et sociales dans le cadre du développement de Maurice. Il a ainsi évoqué les changements devant être apportés à tous les niveaux, avec l’introduction de mesures qui, selon lui, traduiront dans les faits cette volonté politique, à l’instar de la réforme électorale, en vue de faire de Maurice une vraie nation et de consolider l’unité nationale.
Navin Ramgoolam a exprimé la vision du gouvernement de sortir Maurice d’un Middle income trap et de devenir un high income country. Il s’est appesanti sur le développement infrastructurel du pays, notant un investissement de Rs 62 milliards depuis 2005, et rappelle que le gouvernement s’est engagé dans un vaste programme de décongestion routière depuis 2007-2008 avec la construction de nouvelles routes et voies.
Le Premier ministre a souligné l’importance qu’apporte au pays l’extension de son plateau continental qui fait de sa Zone économique exclusive (ZEE) une des plus étendues dans le monde. Il note ainsi qu’une taskforce sur l’économie océanique, dirigée par le Mauritius research council (MRC), a été mise en place. L’institution présentera bientôt son rapport en vue de l’élaboration d’une roadmap pour le développement de ce nouveau secteur appelé à créer de l’emploi. Mais il annonce l’intention du gouvernement d’aller plus loin, en présentant une requête au niveau des Nations unies pour un projet similaire dans la région de l’archipel des Chagos.
L’intervenant a affirmé que la plupart des décisions prises à Maurice ont une approche intégrée. D’ailleurs, laisse-t-il entendre, tout est mis en oeuvre pour l’intégration sociale des minorités. Selon lui, le programme « Maurice Ile Durable » (MID) en est un exemple. Et d’ajouter que cela a d’ailleurs déjà commencé à intégrer la société pour devenir le mode de vie des Mauriciens. La qualité de la vie de la population, dit-il encore, est d’une importance capitale pour le gouvernement.
Le 999 remplacé
Une des questions liées à ce point est la sécurité. Navin Ramgoolam affirme ainsi que des mesures ont été prises pour combattre la criminalité. Parmi celles-ci, il note l’installation de caméras de surveillance dans des zones publiques. « We are strengthening control… We can’t put a price on security », affirme-t-il. Et d’annoncer, entre autres, le remplacement prochain du numéro 999. Tout le système de la police sera par ailleurs informatisé. Des recrutements et des formations appropriées et poussées des policiers dans le secteur de l’ordre et de la sécurité sont également prévus. Navin Ramgoolam a ensuite énuméré les mesures déjà en vigueur, comme la formation universitaire de ces derniers. Chiffres à l’appui, il affirme que le taux de criminalité a diminué depuis 2007.
Sur le chapitre de la sécurité routière, le Premier ministre a annoncé l’introduction d’un nouveau programme : le Probationary driving licence scheme. Des campagnes de sensibilisation seront aussi menées à l’intention des conducteurs.
Abordant la situation des prisons du pays, le chef du gouvernement évoque l’amélioration de leurs infrastructures. Il rappelle aussi le projet de construction d’une nouvelle prison à Melrose et l’installation de caméras de surveillance à la prison centrale de Beau-Bassin, et ce pour assurer la sécurité. Ce projet sera étendu à d’autres pénitenciers, dont celui de Petit-Verger. De même, à partir de septembre, avec l’informatisation du secteur carcéral, l’identification biométrique de tous les prisonniers deviendra une réalité. Le gouvernement a d’ailleurs investi Rs 23,2 millions à cette intention.
Toujours sur la question des prisons, Navin Ramgoolam indique aussi que de nombreux projets sont mis en place pour faciliter l’intégration des détenus dans la société une fois ceux-ci sortis de prison. Et le Premier ministre de parler alors du cas d’un prisonnier ayant bénéficié d’une bourse d’une Open university pour poursuivre ses études à distance.
Visa
Navin Ramgoolam s’est aussi longuement appesanti sur le développement de l’aéroport, avec le nouveau terminal et la piste d’atterrissage en construction. « Ces infrastructures pourront accueillir jusqu’à 4 millions de personnes par an », a-t-il précisé, avant d’annoncer des facilités au niveau de l’octroi du visa d’entrée sur le sol mauricien aux Africains. Ces derniers, poursuit-il, pourront l’obtenir dès leur arrivée à l’aéroport. Mais le contrôle sera cependant renforcé.
En ce qui concerne la lutte contre le trafic de drogue, le chef du gouvernement indique que l’Asset recovery act prend en considération les avoirs des proches des auteurs de ce type de délit, en plus des leurs, et ce avec effet rétroactif. Dans le cadre du combat contre la corruption, les conseillers des districts et des municipaux sont aussi appelés à déclarer leurs avoirs. Le Premier ministre indique que cette mesure pourra être étendue aux chefs des institutions publiques. Et de noter que cette mesure est déjà appliquée pour les employés de la Mauritius Revenue Authority (MRA). Ces derniers, affirme-t-il, doivent ainsi déclarer leurs avoirs avant de prendre emploi au sein de l’institution. Navin Ramgoolam a aussi évoqué la question de la Business facilitation car, dit-il, le gouvernement croit fermement dans la diversité et aux possibilités de tout un chacun.
Plus loin, le Premier ministre a rappelé les accords signés avec l’Union européenne et la Grande-Bretagne concernant la piraterie. De même, sur le volet des droits de l’homme et de la torture, il a affirmé que « les conditions de détention à Maurice sont considérées comme satisfaisantes ».
Avant d’introduire la question de la réforme constitutionnelle, le Premier ministre a parlé de Rodrigues et des Chagos. Après avoir fait un bref bilan de la situation depuis 2005, il a annoncé un nouveau programme pour Rodrigues. Ce dernier intègre des mesures pour un changement positif au niveau social, lequel comprendra la santé de la population, son accès aux terres ainsi que la problématique des grossesses précoces.