Après une accalmie d’un peu plus de six mois, l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam effectue aujourd’hui un come-back au QG du Central CID dans le cadre de la Navin Coffers’ Saga – Operation Lakaz Lerwa Lion. En compagnie de ses conseils légaux, dont Me Gavin Glover, Senior Counsel, et Me Showkat Oozeer, un des aspirants Senior Counsels, il était attendu par les limiers de la Special Cell du CCID pour la reprise de l’interrogatoire Under Warning axé sur les Rs 220 millions + Rs 4 M, en devises étrangères et en coupures de Rs 2 000 de la Banque de Maurice, recouvrées dans les trois coffres-forts saisis en la résidence de River Walk lors de son arrestation le vendredi 6 février de l’année dernière. Un autre volet de l’exercice du jour sera consacré aux dépôts et retraits bancaires opérés à partir des comptes attribués au Parti travailliste per se.
Cette confrontation, qui avait été interrompue en décembre 2015 vu que les conseils légaux de Navin Ramgoolam avaient réclamé l’accès aux documents en possession des enquêteurs de la police, devra permettre de faire la lumière sur les Sources of Funds du contenu des trois coffres-forts de River Walk. À ce jour, l’explication fournie par l’ancien Premier ministre est que ces devises étrangères, en particulier des coupures de 100 dollars US, représenteraient principalement ses allocations de Per Diem versées lors de ses différentes missions à l’étranger entre 2005 et fin 2014.
Toutefois, les limiers de la Special Cell contestent cette version des faits en s’appuyant sur le fait que les coupures bancaires sont des Never-Used Dollar Notes avec des numéros de série consécutifs, indiquant que ces billets de 100 dollars US proviennent d’un même Bulk of Bank Notes émis par la Federal Reserve Bank de Chicago et la Federal Reserve Bank de New York alors que les missions officielles de l’ancien chef du gouvernement étaient « staggered » au fil des mois. Le CCID serait déjà en présence d’un rapport préliminaire du Federal Bureau of Investigation (FBI) des États-Unis confirmant la partie initiale du trajet emprunté par cette cargaison de coupures de 100 dollars US à destination de deux banques en Allemagne.
Le CCID a déjà initié des procédures sous la Legal Mutual Assistance par le truchement de l’Attorney General’s Office pour obtenir la collaboration des autorités allemandes et consigner les explications de deux importantes banques commerciales internationales au sujet de cette grosse transaction en devises étrangères. À ce stade, aucune des sources autorisées n’a voulu confirmer ou infirmer si le dossier des Exhibits accablants aurait déjà été transmis à Maurice. Et ce, alors que d’autres sources avancent que l’ultime transit de cette cargaison de dollars US entre l’Allemagne et Maurice devrait s’avérer déterminant quant à l’identité des protagonistes impliqués dans ce deal de première classe.