La prochaine étape dans l’enquête confiée au Central CID sur le contrat jackpot de Rs 10 milliards alloué à Betamax du groupe Bhunjun devra être consacrée à l’interrogatoire et l’inculpation provisoire du Chief Executive Officer Veekram Bhunjun. Mais le calendrier pourrait être bousculé si le DPM et leader du PMSD Xavier-Luc Duval ne décide de se rendre aux Casernes centrales pour consigner sa version des faits vu que l’ancien PM Navin Ramgoolam a cité son nom lors de son interrogatoire ces deux derniers jours. De son côté, l’ancien chef du GM a dû fournir deux cautions de Rs 15 000 et deux reconnaissances de dettes de Rs 1 M chacune pour retrouver pour la cinquième fois la liberté provisoire.
Avec Navin Ramgoolam inculpé provisoirement de complot avec Anil Bachoo et Veekram Bhunjun dans le Betamaxgate avec en prime une cagnotte de Rs 10 millions, le CEO du groupe Bhunjun ne pourra pas échapper à une inculpation. Le cas du beau-frère de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah, se présente également sous d’autres aspects car au moins trois enveloppes contenant 9 700 dollars en coupures de 100 dollars et une somme d’au moins Rs 500 000 en billets de Rs 1 000 et Rs 2 000, trouvées dans les coffres-forts de Navin Ramgoolam, lui sont attribuées.
Veekram Bhunjun sera confronté à ces faits accablants lors de son interrogatoire, dont la date devra être fixée en fin de semaine. Aux Casernes centrales, la montée des marches du Central CID est une certitude pour le CEO du groupe Bhunjun pour ses explications au sujet de sa connexion avec Navin Ramgoolam.
Toutefois, Xavier-Luc Duval pourra lui ravir la vedette la semaine prochaine si le leader du PMSD décide de mettre à exécution son plan de se rendre de son propre gré au QG du Central CID pour s’expliquer et déposer le rapport des consultants du privé au sujet de « certains aspects spécifiques du contrat Betamax ». C’est ce qu’indique son entourage ce matin.
De son côté, à sa sortie du tribunal de Port-Louis, Navin Ramgoolam a été catégorique : « Mo pa inn kul personne » par rapport au fait qu’il a cité le nom de Xavier-Luc Duval dans cette affaire. Il a soutenu qu’il n’a fait que rappeler que le choix de Betamax est une décision du conseil des ministres et qu’un comité interministériel, présidé par Xavier-Luc Duval, qui est un Chartered Accountant, avait même été mis sur pied.
Devant ce développement, le Premier ministre adjoint de l’Alliance Lepep a tenu à apporter des précisions tout en se disant à la disposition des enquêteurs de la police au sujet de l’affaire Betamax. « Je tiens à préciser qu’il y avait eu au sein de l’ancien gouvernement beaucoup de voix discordantes concernant ce dossier. Cela avait poussé le conseil des ministres d’alors à instituer un comité ministériel pour se pencher sur certains aspects spécifiques de l’accord avec Betamax », déclare-t-il.
Plus loin, Xavier-Luc Duval souligne que « ce comité présidé par moi-même et composé de cinq autres ministres, dont des Senior Ministers, avait siégé à quatre reprises. Suite aux profondes divergences au sein du comité, il avait été décidé de faire appel à un cabinet d’experts-comptables très réputé pour trancher. Celui-ci nous avait fait savoir qu’il était l’auditeur de Betonix, appartenant au même groupe que Betamax, mais que cela n’affecterait pas son indépendance et son objectivité. Le cabinet avait par la suite soumis ses conclusions au comité qui les avait transmises au conseil des ministres. »
Affaire à suivre la semaine prochaine…