La demande d’injonction logée par l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam contre l’accès aux deux Safe Deposits Boxes à la Mauritius Commercial Bank de Bell-Village, est contestée formellement par l’Office of the Director of Public Prosecution. L’affaire a été appelée Pro-Forma devant le chef juge, Keshoe Parsad Matadeen, en Cour suprême. Le cas a été renvoyé au lundi 8 juin.
De ce fait, toutes les démarches des limiers du Central CID par rapport au contenu de ces Bank Vaults de même que le Joint Account avec pour cosignataires Navin Ramgoolam et Ah Fat Lan Hing Choy contenant des dépôts de l’ordre de Rs 16 millions ont été gelées. La prochaine étape sera la production d’un contre-affidavit juré par les soins du DPP’s Office répondant aux points avancés par Navin Ramgoolam dans son affidavit juré vendredi dernier en Cour suprême.
Le leader du Parti travailliste objecte à la demande du DPP car il soutient que ces deux coffres ne contiennent que des bijoux et des objets personnels de ses parents, dont feu sir Seewoosagur Ramgoolam, décédés en 1984 et 1985. Depuis cette date, ces deux Banks Vaults n’ont pas été ouverts, affirme-t-il.
Navin Ramgoolam rejette la thèse que les fonds versés dans le Joint Account du Labour recèleraient des « tainted monies ». Il ajoute que ces fonds ne sont que des contributions des partisans du PTr en chèques.