L’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam livre actuellement une rude bataille avec la Mauritius Revenue Authority au sujet de la première série d’Income Tax Assessments contre lui. La contestation de ces redressements fiscaux, nécessitant les services d’experts-comptables de la firme Bacha & Bacha, vient s’ajouter aux différentes objections logées par Navin Ramgoolam en Cour suprême, notamment contre le gel de ses avoirs bancaires et autres propriétés. D’autre part, avec le retour de mission en Suisse du Directeur des Poursuites Publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, une décision est attendue par rapport aux conclusions de la première enquête soumise par le Central CID recommandant des poursuites au pénal contre Navin Ramgoolam et les anciens Deputy Commisioners of Police (DCP) Dev Jokhoo, ancien directeur général du National Security Service (NSS) et Ravine Sooroojebally, ancien responsable de la VIPSU et de l’ADSU, dans l’affaire des incidents de Roches-Noires au début de juillet 2011.
Dans l’immédiat, l’attention de Navin Ramgoolam est braquée sur les trois premières réclamations d’Income Tax portant sur un montant global de Rs 67 millions, soit Rs 60 millions pour le premier Main Case avec les Rs 224 millions saisies par le Central CID sous la supervision de l’assistant commissaire de police, l’ACP Heman Jangi, le vendredi 6 février dernier. À cet Income Tax Assessment, la MRA a servi deux autres réclamations de Rs 4,6 millions et de Rs 2,4 millions, au titre d’évasion fiscale. Ce montant est considéré comme étant l’un des plus importants servi à un contribuable individuel. D’habitude, ce genre de réclamations est adressé à des sociétés ou des entités.
Ces redressements fiscaux sont contestés formellement par le chef du gouvernement, qui est appelé à fournir des informations sur les « Sources of funds » à la satisfaction de la MRA. Le principal concerné a confié cette mission délicate aux comptables de Bacha & Bacha, qui devront décider s’il faudra saisir l’Assessment Review Committee pour toute contestation du montant des Assessments. Néanmoins, Navin Ramgoolam n’est pas au bout de ses peines avec ses démêlés sur le plan des impôts directs.