Les derniers préparatifs en vue de l’interrogatoire de l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam suite à l’opération « Lakaz Lerwa Lion » du vendredi 6 février avec son inculpation, ont été enclenchés. Comme il fallait s’y attendre avec les procédures devant la Cour suprême relatives à une demande d’injonction au sujet des « secrets » des six téléphones cellulaires, le rendez-vous pris pour aujourd’hui au QG du Central CID a été reporté pour jeudi. C’est ce qu’a appris Le Mauricien de sources autorisées à la mi-matinée car le Filing du dernier contre-affidavit est annoncé pour 14 heures 30.
Me Gavin Glover, qui fait partie du Frontline du Legal Panel assurant la défense de Navin Ramgoolam dans la double inculpation de Money Laundering de Rs 220 millions + Rs 4 millions et de Conspiracy pour le Cover-Up dans l’affaire du campement de Roches-Noires, a fait le déplacement aux Casernes centrales ce matin en vue de mettre au point les nouveaux détails du calendrier d’audition. En principe, le coup d’envoi de cette étape sera donné jeudi à 11 heures en tenant en ligne le programme de travail de la juge Rita Teeluck, siégeant en référé dans l’affaire d’injonction contre l’examen des téléphones cellulaires.
A ce stade, le premier dossier qui sera abordé lors de l’interrogatoire marathon de Navin Ramgoolam, littéralement quatre semaines après son arrestation, n’est autre que le Cover-Up des incidents et de l’agression au premier étage de son bungalow à Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011. La Special Cell du Central CID, menée par le surintendant de police Mannaram et l’assistant surintendant de police Rugbur, sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi, procédera à l’audition de Navin Ramgoolam au sujet de ses relations avec tous ceux présents au bungalow pour la soirée mondaine du samedi 2 juillet 2011.
Pour l’une des rares fois, l’ancien Premier ministre sera acculé sur les relations qu’il entretient avec Nandanee Soornack, la femme d’affaires rouge, qui a connu une ascension fulgurante. Le Central CID tentera d’établir des liens étroits entre Navin Ramgoolam et Madame Ou Kone Ki Mwa vu que tous les témoins entendus par les enquêteurs de la police confirment que l’invitation pour la soirée du 2 juillet 2011 et le dîner avait été lancée conjointement par Navin Ramgoolam et Nandanee Soornack.
Il n’est pas exclu que l’ancien Premier ministre soit également questionné sur les whereabouts de Nandanee Soornack en Europe depuis son départ de Maurice le 11 décembre dernier en compagnie des membres de sa famille et transportant une douzaine de valises et de sacs à main. Dépendant de l’attitude qu’adoptera Navin Ramgoolam, cette étape s’annonce des plus cruciales car ce dernier sera également confronté aux versions des faits des coaccusés, l’ancien directeur du National Security Service, Dev Jokhoo, et l’ancien patron de la VIP, Ravine Sooroojebally, au sujet de la chronologie du Cover-Up.
Il ne faut pas également oublier la version revue et corrigée de Rakesh Gooljaury, l’ancien partenaire d’affaires de Nandanee Soornack, qui avait été appelé au téléphone « pou pran sarz sa zafer-la ». En prévision de l’interrogatoire de jeudi, la question qui se pose est de savoir si Navin Ramgoolam, qui a toujours clamé qu’il n’était pas au bungalow de Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011, modifiera sa position face à ces Unrebutted Evidence versées dans le dossier à charge.
Avec le calendrier de travail modifié, l’audition Under Caution de Navin Ramgoolam démarrera en l’absence du Ruling de la juge siégeant en référé dans la demande d’injonction contre les six téléphones cellulaires saisis lors de son arrestation en sa résidence à la rue Desforges. C’est cet après-midi que les conseils légaux de l’ancien Premier ministre procéderont au filing du dernier affidavit corrigé à la demande de la Cour suprême.
Tout semble indiquer que la juge Teeluck ne pourra entendre les arguments des deux parties que vers la fin de la semaine avec la décision communiquée officiellement au plus tôt la semaine prochaine. Mais ce contretemps ne devrait nullement handicaper le déroulement de la séance d’interrogatoire de jeudi.
Pour ce qui est du volet de la saisie de Rs 224 millions, dont Rs 110 millions en never-used dollar notes dans les coffres et valises codés de River Walk, les tractations dans un appartement à Quatre-Bornes dans la nuit du 16 au 17 février en présence de trois VVIPs sont venues se greffer à l’équation. Des sources bien renseignées affirment qu’en sus des enregistrements audio des échanges entre les VVIPs et les deux ressortissants en présence de l’homme d’affaires Rakesh Gooljaury, un affidavit en bonne et due forme, comprenant 47 paragraphes d’allégations, a été juré par les deux hommes d’affaires étrangers jeudi dernier.
Que ce soit dans le camp des autorités, avec l’identité des VVIPs hantant plus d’un à l’hôtel du gouvernement ou encore dans l’entourage de Navin Ramgoolam, la course pour mettre la main sur cet affidavit « with damning details » est lancée. Mais il semblerait que ce document légal est le secret le mieux gardé de même que la teneur des enregistrements dans la nuit du 16 au 17 février…
Affaire à rebondissements à suivre…