Le Head of Department de la Mauritius Post and Cooperative Bank (MPCB), Maoumar Pooloo, qui est à sa deuxième visite depuis le début de la semaine au QG du Central CID, devra procéder au décorticage des Toxic Loans de l’ordre de Rs 1,5 milliard octroyés à quatre groupes d’affaires. C’est ce que laissaient entendre ce matin des sources proches de cette enquête policière, qui a vu l’ancien Chief Executive Officer de la MPCB, Rajiv Beeharry-Panray, passer deux nuits en cellule policière et être inculpé provisoirement sous deux délits. Compte tenu de cette double déposition du Head of Department de la MPCB, l’enquête du Central CID devra être relancée sur de nouvelles bases d’autant plus que pour l’interrogatoire Under Warning de Rajiv Beeharry-Panray, les limiers de la police sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi n’avaient pas encore eu accès à toute la Documentary Evidence au sujet de la fraude.
Lors de son audition, lundi, Maoumar Pooloo, qui est entendu à titre de témoin, a élaboré pour les besoins des enquêteurs sur les procédures établies à la MPCB concernant l’octroi de prêts par des individus et des groupes d’affaires, soit de la réception de la demande pour des facilités bancaires au décaissement. Cette étape a été franchie en début de semaine avec le Central CID « fully briefed » sur ce dossier.
La séance de Questioning prévue cet après-midi de Maoumar Pooloo devait être consacrée aux écarts et non-respect de procédures (Illegitimate Means) adoptées par Rajiv Beeharry Panray pour accorder des emprunts de Rs 1,5 milliard à quatre groupes d’affaires spécifiques, en l’occurrence le Doomeswarsing Gooljaury Group, soit celui du patron de Fashion Style, ancien partenaire d’affaires de Nandanee Soornack et proche de l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, aujourd’hui le symbole des « Vire Mam », Prameshwar Gooljaury Group, Mohamad Alykhan Toorabally Group et Rooplall Beerjeeraz Group.
Le Head of Department de la MPCB devra parcourir en compagnie des enquêteurs de la police les quatre dossiers de demandes d’emprunts susmentionnés et cités dans la Charge Sheet retenue contre Rajiv Beeharry-Panray en vue d’identifier chaque manquement dans les procédures propres à la MPCB et également prescrites par la Banque de Maurice entre 2012 et 2014. En effet, la seconde inculpation provisoire logée contre Rajiv Beeharry-Panray stipule que celui-ci « processed loans and overdrafts without complying with credit risk management and credit impairment measurement and income recognition guidelines issued by the Bank of Mauritius ».
Ces Toxic Loans de Rs 1,5 milliard constituent quelque 45 % des Non-Performing Loans sous le management de Rajiv Beeharry-Panray dans les livres de comptes de la MPCB. Pour éviter que cette banque ne soit déclarée banqueroute et perde sa Banking Licence, comme ce fut le cas dans la Bramer Banking Corporation Ltd, le gouvernement a dû procéder à un toilettage de ces créances douteuses et à une injection de capitaux frais pour relancer et consolider les opérations de la banque.
Outre Rajiv Beeharry-Panray, deux autres anciens membres du Top Management de la MPCB sont dans le collimateur du Central CID. L’ancien General Manager de la banque, Pavaday Thondrayen, est perçu comme étant très proche de Rakesh Gooljaury et aurait même bénéficié de certaines facilités personnelles en contrepartie des prêts accordés, et Rajesh Mykoo, Finance Manager de la banque.
Cette enquête du Central CID devra également voir les représentants de ces quatre groupes d’affaires, dont Rakesh Gooljaury, faire le déplacement au QG du Central CID pour des dépositions. Mais à ce stade, aucune indication n’a transpiré par rapport à ce calendrier de travail ou encore si des VVIPs politiques sous le gouvernement de Navin Ramgoolam pourraient se retrouver concernés par cette enquête.