Le National Computer Board (NCB) a lancé hier le ICT Export Portal qui vise à promouvoir la destination locale en matière d’investissement dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC). Celui-ci servira également d’outil aux entreprises mauriciennes des TIC qui souhaitent étendre leurs activités à l’étranger.
Le portail a été dévoilé aux entreprises et associations du secteur à la salle de conférence de la Cybertour N°1 d’Ébène hier. Une démonstration du site a été faite par le manager du NCB, Shanjay Bhunjun. Le ICT Export Portal consiste en une plateforme centrale pour les entreprises locales des TIC qui leur permet d’accéder aux informations du marché, ainsi qu’aux investisseurs potentiels qui souhaitent s’installer à Maurice. Le portail a aussi pour objectif de promouvoir Maurice comme une destination compétitive pour les TIC et les services de l’externalisation.
Le portail répertorie toutes les informations utiles sur l’investissement, les indicateurs et données ayant trait au secteur. Il contient un ICT Directory avec un annuaire des entreprises mauriciennes des TIC, un film sur l’industrie et le marché des TIC à Maurice, entre autres éléments susceptibles d’intéresser des investisseurs potentiels. Le ICT Export Portal cible également les entreprises des TIC qui visent à exporter leurs services avec par exemple les profils des pays étrangers, les opportunités d’exportation, les nouvelles du marché international, des informations sur l’aide financière, des conseils pratiques sur l’export, entre autres.
L’initiative d’un tel portail fait partie des attributions du National Computer Board qui sont d’encadrer les entreprises. Cet outil, explique Dan Faugoo, le directeur exécutif du NCB, permet aux entreprises de recevoir le support nécessaire. La mise sur pieds de ce portail, explique-t-il, a nécessité des consultations avec plusieurs stakeholders tels que Business Parks of Mauritius Ltd (BPML), le Board of Investment (BoI) ou encore Enterprise Mauritius.
Pour Suraj Ramgolam, Chairman du NCB, s’il y a plus de 500 compagnies dans le secteur, dont des grosses firmes internationales comme Microsoft, IBM, HP, Accenture ou Orange Business Services, entre autres, il y a encore de la place pour d’autres entreprises, d’où la raison d’une telle plateforme pour permettre à d’autres de s’implanter à Maurice. Le portail, explique-t-il, est une « réponse à la crise globale qui n’épargne pas Maurice, d’où la nécessité d’accroître la visibilité du potentiel mauricien ».
Le ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum, qui intervenait hier à Ébène, est d’avis que le portail aidera Maurice à vendre ses services dans la région et de ce fait contribuera à réaliser l’objectif du gouvernement qui est de faire de Maurice une plaque tournante pour la région en matière de services de l’externalisation et des TIC.
Une campagne de communication et de marketing sera lancée pour faire connaître le portail aux niveaux local et international.