La National Developement Unit (NDU) a dépensé Rs 1,16 milliard pour le Land Drainage Watershed Management Programme en 2013 alors que le coût initial du projet était de Rs 225 millions. Cela représente une hausse de plus de 400 % du budget approuvé, fait ressortir le bureau de l’Audit dans son rapport pour l’année 2013. Il recommande la mise en place urgente d’un Project Management System.
Sur un budget total de Rs 1,71 milliard destiné au développement des infrastructures et aux aménités au sein des localités, l’implémentation du Land Drainage Programme et du service-conseil et de diffusion d’information pour « empower » la population, Rs 1,16 milliard a été dépensé pour un seul item. Le bureau de l’Audit note que Rs 951,5 millions additionnels ont été utilisés pour des projets sous l’Emergency Rehabilitation Programme (ERP) à la suite des pluies torrentielles du 13 février et du 30 mars 2013.
Le bureau de l’Audit observe que, durant les années précédentes, la NDU avait entrepris des travaux en fonction de son plan de travail et que l’argent avait été déboursé en fonction des projets alloués. En outre, il souligne que Rs 250 millions ont été dépensées pour financer des projets qui datent d’avant 2013 et, au 31 décembre 2013, il devait encore une somme totale de Rs 1,165 milliard pour divers projets sous l’ERP et la Road Development Authority (RDA). Cependant, il est d’avis que l’item ERP n’aurait pas dû y figurer puisque ces projets auraient dû être complétés dans les six mois suivant février-mars 2013. Il ressort aussi qu’en préparant son budget pour 2013, la NDU n’avait pas fait provision pour ses dettes précédentes. Aussi, sur les 166 projets de construction de drain proposés pour 2013, seuls 15 ont été complétés pour un budget total de Rs 75,2 millions, dont six en décembre 2013.
Le bureau de l’Audit précise que le Project Management System, dont l’objectif est d’« exercise proper control and effective monitoring of projects and ensure their timely completion », a déjà été élaboré et qu’il doit être mis en place le plus vite possible. Il estime que la NDU doit aussi exercer un contrôle strict des travaux selon les cahiers des charges afin de s’assurer que le budget alloué soit suffisant et respecter les obligations du contrat. L’Audit recommande aussi que la NDU présente un budget réaliste pour l’entreprise de ses projets divers.
La NDU dit avoir pris note « for the need for proper planning for drain projects » et indique qu’une étude sur les endroits à risque par rapport aux inondations est en cours avec l’assistance de la Banque mondiale. Les partenaires devraient venir de l’avant avec un « integrated drain plan to prevent flooding ».
Évoquant des contrats d’infrastructures routières et de drains dans deux zones (1 et 4) du pays, l’Audit affirme que la NDU n’a pas respecté les stipulations de la Public Procurement Act (section 25 (2)) et des Publication Procurement Regulations (PPR) (44 (3)) qui se lit comme suit : « The limit where additionnal works which were not included in the initial contrats have through unforeseeable circumstances, become necessary, shall be 30 percent of the initial contracts value ».
Le rapport recommande que les procédures d’appels d’offres soient mieux planifiées de sorte que de nouveaux contrats puissent être alloués avant l’expiration de ceux en cours. Il estime également que le coût des travaux et le temps requis pour l’exercice d’appel d’offres doivent être mieux calculés.