Le rapport du Public Accounts Committee (PAC), présidé par le député Veda Baloomoody, pourrait être versé dans le dossier à charge de l’enquête du Central CID (CCID) sur les abus et cas de Maladministration lors de l’octroi des contrats de la National Development Unit (NDU) après les flash floods du 13 février 2013. Les pratiques adoptées par la NDU pour l’octroi de ces contrats d’une valeur globale de Rs 569 millions sont dénoncées de manière des plus virulentes dans le rapport du PAC, qui a été rendu public, hier, en marge des travaux de l’Assemblée nationale. De son côté, l’ancien vice-Premier ministre et ministre responsable de la NDU, Anil Bachoo, a un Standing Appointment pour une séance d’interrogatoire Under Warning au QG du CCID. Il n’est pas à écarter que dès la semaine prochaine, cet ancien membre du Front Bench travailliste soit convoqué officiellement.
Le rapport du PAC ne fait pas dans la dentelle au chapitre des dénonciations de la NDU avec ces Rs 569 millions de contrats alloués au lendemain des flash floods du mercredi 13 février 2013. « Your Committee could only come to the conclusion that the authorities used the flash floods of 2013 as an excuse to make an abuse of the Emergency Rehabilitation Programmes, thereby allocating contracts without any competition and feasibility study », soutient avec force le PAC, allant dans le même sens que la deposition déjà consignée à cet effet au Central CID par la NDU.
Le PAC relève que les travaux exécutés n’ont pas bénéficié du suivi requis car « there had been delays up to 675 days – for example, out of 17 projects which were allocated without competition, in February 2013 and amounting to 569 millions, 8 of them amounting to 307 millions had not been completed by December 2013 ». D’autre part, six autres contrats alloués aux « petits copains de l’ancien gouvernement » n’avaient pas été complétés même après un délai de 29 mois.
La formule d’allocation de contrats soulève de graves soupçons, le PAC soulignant également que « your Committee noted with serious concern the principle adopted by the authorities to allocate contracts only to zonal contractors which resulted in bottlenecks thereby further contributing to the delays ».
Finalement, le PAC regrette que le principe de loger des réclamations contre tout délai n’a pas été respecté dans ces contrats de Rs 569 millions car « although in certain contracts, it was clearly stipulated that liquidated damages could be claimed in case of delay, the authorities failed to avail themselves of such a clause, thereby resulting in a shortfall for government. However, in exceptional cases where liquidated damages were claimed, the amount was undervalued ».
Avec ce rapport d’une instance de l’Assemblée nationale entre leurs mains, les limiers du CCID attendent de pied ferme le dénommé Anil Bachoo, avec fort probablement une nouvelle inculpation provisoire à la clef…