Dominique Atisse, 42 ans, a récemment lancé son premier album solo intitulé Ne me laisse pas seul. Un opus de six titres où se côtoient séga, zouk et balades.
Chanteur de variétés dans le circuit hôtelier depuis 17 ans avec son groupe Pacifique, Dominique Atisse vient démontrer à travers cet album l’étendue de son talent. Sa douce voix se prête parfaitement à plusieurs styles, en créole, en anglais ou en français. Les mélodies sont travaillées et le mélange d’instruments se révèle des plus intéressants.
Confiant que ses compositions peuvent plaire, le claviériste et interprète décide un jour d’aller en studio. “J’avais déjà écrit les morceaux depuis quelques années et je me suis dit que je devais me lancer.”
Alléchant.
Dès les premières notes, l’album fait bonne impression. Avec Chérie doux, Dominique Atisse donne le ton. Son rythme zouk alléchant devrait faire danser bien des couples. Les ségas présents sur l’album ne font que confirmer le bon feeling. À commencer par le titre Assé Kélé, qui traite de l’alcoolisme. Une mélodie envoûtante qui plaira sûrement aux amateurs du genre. On y retrouve quelque peu le style de Jean-Marc Volcy, avec une voix grave en arrière-plan qui soutient la première voix. Le morceau est accentué par le son du banjo.
Le morceau Moustik devrait également plaire. Un seggae rythmique où on peut entendre les voix comiques de Burty Prosper et Alain Narainsamy luttant contre les moustiques.
“J’ai décidé de faire un album de variétés afin de toucher le plus grand nombre. J’ai envie de me rapprocher du public, que chaque personne se retrouve dans les morceaux”, confie l’interprète.
Textes.
Dominique Atisse confie qu’il accorde beaucoup d’importance aux textes. Très observateur, il s’inspire des problèmes de société. “Je n’écris que sur les thèmes qui me touchent vraiment. Je suis très sentimental et très sensible. J’écris sur la violence domestique, les enfants abandonnés ou encore l’alcoolisme. J’espère que les gens vont se retrouver dans les textes.”
Dominique Atisse a choisi de vendre son album lui-même. “Les Mauriciens sont réticents à acheter un album dont ils ne connaissent pas l’auteur. Je me suis dit que si je place l’opus chez les disquaires, il risque de ne pas beaucoup se vendre. J’ai préféré le vendre moi-même et de le promouvoir dans les radios.”?Ceux qui veulent acheter l’album peuvent l’appeler au 495-3664.