Tang Yun Sing, qui était jusqu’ici président de la Fédération des sociétés chinoises, est décédé aux premières heures ce matin à l’âge de 84 ans. Il avait été admis à la clinique Ferrière lundi après-midi.
Connu comme ayant été une des chevilles ouvrières de la promotion de la culture chinoise à Maurice et des relations d’amitié entre la Chine et Maurice, il était le président de l’école centenaire Chinese Middle School, de même que celui de la Chinese Speaking Union. A cet égard, il voulait réunir tous les membres du comité que le Conseil des ministres était sur le point de finaliser pour leur exposer son plan de travail, mais n’a pu le faire. Une réunion qu’il voulait d’ailleurs tenir dans le futur centre culturel chinois, même s’il restait encore 20% des travaux à compléter. Son souhait n’a pu être matérialisé.
Tang Yun Sing figurait aussi parmi les rares Mauriciens à avoir été décorés à quatre reprises. En 2011, il a reçu la médaille de GOSK pour service rendu dans la promotion de la culture chinoise à Maurice. Il s’était auparavant vu décerner les reconnaissances suivantes : OBE (1991), OSK (2001) et CSK. Il était connu pour avoir longtemps oeuvré pour le bien-être de la communauté chinoise et, surtout, à regrouper les différents courants culturels.
Né à Mei Yuen, village de la province de Canton, en Chine, Tang Yun Sing arrive à Maurice à l’âge de 9 ans. Il fréquente alors la Chinese Middle School, que dirige alors son père. Il est ensuite admis à l’école de 5e mile, à Beau-Bassin. À 18 ans, en 1947, il devient enseignant à la Chinese Middle School et, quelque temps après, journaliste au Chinese Newspaper. Il s’est mis sur les traces de son père, qui a été une figure marquante de la communauté chinoise pour avoir été député représentant de Pékin. L’année 1949 marque le début de l’engagement du jeune Tang Yun Sing dans les activités sociales lorsqu’il est élu à la présidence de la Chinese Middle School Welfare Association, poste qu’il aura occupé jusqu’à dernièrement.
Tang Yun Sing était aussi connu pour ses engagements en tant que syndicaliste au niveau de la Private Secondary Schools Union en 1955. Il devait d’ailleurs par la suite être membre exécutif de la PSSA.
Il a aussi été le président de l’Old Boys Chinese School et aura initié les élèves du collège Saint-Joseph au basket-ball sur le terrain de la Chinese Middle School. En 1961, il a lancé une compagnie de transport avec une flotte de camions.
Tang Yun Sing était père d’une fille et de trois fils, dont Georges, qui s’était engagé dans le social à travers le handisport, est décédé en 2002. En 1989, avec l’aide d’un groupe d’amis, – dont Mario Hung Wai Hing, celui qu’il a toujours considéré comme son élève –, il a créé la Fédération des sociétés chinoises de Maurice, qui regroupe une vingtaine de sociétés. Il a tout le temps occupé le poste de président de cette organisation, ne lâchant les rênes qu’il y a trois mois, pour des raisons de santé, pour les passer à Mario Hung à titre intérimaire. En 1992, il a pris une part active pour que la 1st World Chinese Conference soit tenue à Maurice. En 2002, il a organisé la 2nd World Chinese Conference à l’Université de Maurice et, l’année dernière, la troisième édition, soit une tous les dix ans.
Tang Yun Sing s’est d’autre part impliqué dans le lancement de la construction de la Chinese Culture House, à Baie-du-Tombeau. Il a été également été le vice-président de l’Overseas Chinese Representing Henan Province of China, mais aussi président honoraire du Special Olympics (Mauritius) et conseiller de la China Overseas Exchange Association, une instance très en vue du gouvernement chinois.
Ses obsèques sont prévues samedi à 13 heures en l’église Immaculée Conception.