C’est avec beaucoup de peine que nous avons appris le décès survenu ce matin à 78 ans d’Élie Michel, figure de proue des Verts Fraternels. Selon nos renseignements, il a rendu l’âme très tôt ce matin à l’hôpital Victoria après avoir sombré dans le coma vendredi. Il souffrait de diabète et de complication cardio-vasculaires, selon ses proches.
« Je perds non seulement un frère, mais les Verts Fraternels perdent un « soldat » pour la justice sociale qui aura été de tous nos combats depuis 1965 », a affirmé ce midi au Mauricien Sylvio Michel, leader des Verts Fraternels et frère cadet du défunt. « Élie a été sur tous les fronts et cela jusqu’au dernier jour, puis qu’il était avec nous jusqu’au 9 juillet dernier lors de la grève de la faim pour que le Centre Nelson Mandela renaisse. Mercredi dernier Élie a été admis à l’hôpital à cause de problèmes de santé ».
Cette lutte des frères Michel pour davantage de justice sociale a débuté dans le sillage des bagarres raciales de 1968, explique Sylvio Michel. « Après une tentative d’émigration en Angleterre, Élie était retourné à Maurice. Moi, je rentrais au pays après des études en Italie », raconte le leader des VF. « Peu réalisent que nous avions appelé notre association l’Organisation Fraternelle pour justement aider à faire la paix entre ces personnes qui s’entre-déchiraient », explique Sylvio Michel.
Élie Michel aura activement participé à toutes les luttes de son organisation : les campagnes contre l’expulsion des habitants des cités en 1967-1968, pour que le jour de la commémoration de l’Abolition de l’Esclavage et de l’Arrivée des travailleurs engagés à Maurice soit jour férié, pour l’introduction du kreol à la radiotélévision, pour le kreol dans le cursus scolaire, pour le paiement d’une compensation aux descendants d’esclaves, pour que la montagne du Morne soit inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, entre autres.
Pour Sylvio Michel, son frère Élie aura été sa vie durant un homme de terrain. La casquette éternellement vissée sur la tête, il aura été de toutes les luttes, d’abord de l’Organisation Fraternelle qui deviendra par la suite le parti politique les Verts Fraternels.
Les funérailles d’Élie Michel auront lieu demain, mardi 22 juillet, à 14 heures à l’église Sainte Anne, Stanley, et l’inhumation se fera au cimetière St Jean, Quatre-Bornes.
À sa veuve Maguy, à ses enfants ainsi qu’à Sylvio Michel et à tous ceux que ce deuil afflige, Le Mauricien présente ses condoléances.