Philippe E. Blackburn, que nous appelions tous affectueusement « Philo », nous a quittés le 23 septembre 2017, un mois seulement après que les médecins aient dépisté son cancer du pancréas. Il y a un peu plus de trois mois, on pouvait encore l’apercevoir faire sa promenade journalière en ville. Il s’en est allé sereinement, le samedi 23 septembre, laissant dans la tristesse son épouse Jeanne, sa famille et ses amis. Le lundi 25 septembre,  un nombre considérable d’amis et de camarades est venue lui rendre hommage auprès de sa famille, lors de ses funérailles célébrées en l’église du Sacré Coeur à Beau Bassin. Cinq semaines avant,  à l’âge de 80 ans, il avait célébré ses 57 ans de mariage avec Jeanne, sa chère épouse de toujours.  Ils ont eu trois enfants, Guy, né en 1962, Philippe en 1954 et Valérie en 1967.
Un professionnel aguerri
Tous ceux qui ont côtoyé Philo, durant sa riche carrière professionnelle au sein du Service Civil au Town and Country Planning de 1955 à 1972 puis dans l’industrie sucrière, à l’établissement sucrier Bel Ombre, de 1973 à 1997, au sein du groupe WEAL, de 1997 à 2000, et finalement, de 2000 à 2004, comme Consultant en Ressources Humaines à la Cargo Handling Corporation et à la Mauritius Standards Bureau, se souviendront de sa rigueur au travail, de sa capacité d’analyse, de son sens très poussé de la bonne gouvernance et de sa capacité d’anticiper des situations difficiles. 
Il a beaucoup contribué au développement des ressources humaines et des relations publiques dans l’industrie sucrière au cours du dernier quart du vingtième siècle. Le début de la période postindépendance du pays avait été marqué par de difficiles relations industrielles alors que l’industrie sucrière était le principal pilier, pour ne pas dire l’unique pilier, de l’économie mauricienne. Il fut ainsi un de ceux qui eurent pour tâche, dans le sillage de la Commission Balogh et du rapport d’Anthony Tasker, d’assainir les relations humaines dans l’industrie sucrière.
Etant un des pionniers dans ce domaine très délicat des relations industrielles, il se perfectionna dans la gestion des ressources humaines en étant un des étudiants de la toute première promotion du Diploma in Personnel Management du School of Law and Administration de l’Université de Maurice. En 1975, il obtint le Diploma in Personnel Management avec la mention
« Honours ».
Il a été décoré et nommé MSK le 12 mars 1993 (first Honours List of the new Republic of Mauritius) pour sa contribution dans le domaine des relations humaines et industrielles.
Un citoyen averti
Au  plan social, Philippe Blackburn a été parmi les membres fondateurs du Racing Club de Maurice et a été Président du Club de 1973 à 1974.  Il a aussi été le membre fondateur de l’APM (Association of Personnel Managers) maintenant connu comme le MAHRP (Mauritian Association of Human Resources Professionals).
Il a été président de la Mauritius Tax Payers Association de 1978 à 1980 et membre fondateur et ancien Président du Rotary Club de Mahebourg.
L’attention doit porter sur un fait marquant de la vie et de l’engagement citoyen de Philo. Au tournant des années quatre-vingts, alors que le pays est en pleine crise économique et a subi deux dévaluations, et que le gouvernement de SSR est épuisé, Philo réunit quelques cadres dans une tentative de redresser la barre. C’est ainsi que nait le GPL (Groupe Progrès et Liberté), dont les débuts seront pleins d’espoir. Des conférences sont organisées à travers le pays et attirent des foules importantes. Le message est celui d’un besoin de renouvellement de la classe dirigeante, et des politiques à adopter pour remettre l’économie sur les flots. Le GPL s‘oppose alors aux solutions marxisantes proposées par le MMM.
Arrive l’échéance de juin 1982, où le Parti Travailliste affaibli s’allie au GPL (devenu RPL –Rassemblement Progrès et Liberté) pour faire face au tout puissant MMM. Un harakiri du RPL, pourrait-on dire, mais aussi une des conséquences désastreuses du système électoral mauricien qui est si néfaste aux petits partis en l’absence de la proportionnelle.
On connait la suite. Le MMM sera le grand vainqueur des élections de juin 1982, et le RPL aura vite disparu de la scène politique. Mais pas tout à fait : le MMM ne mettra pas son programme marxisant en place et, après une mémorable scission du parti, le MSM d’Anerood Jugnauth appliquera une politique économique de type libéral comme le RPL l’avait souhaité. 
Une vie bien remplie, c’est le message qui se dégage de ce bref rappel de la vie de Philo. Une vie où la notion de service a été bien présente et qui peut être proposée comme exemple aux générations qui montent, et cela dans un contexte où le chacun pour soi et le tout tout de suite sont souvent des attitudes dominantes.
 
 
Jacques Dinan
L’ancien collègue                                                                                                                          
Pierre Dinan
L’ancien compagnon d’armes