Sa demande – en date du 26 février, pour obtenir des explications et des éclaircissements concernant le décès de son père Nath Varma, le 19 janvier – auprès du Ministère de la Santé étant demeurée lettre morte, Yatin Varma a porté plainte cet après-midi du 1er mars 2018 au CCID. Au vu des circonstances dont il a été témoin, il allègue qu’il y a eu négligence médicale notamment en ce qui concerne les soins prodigués à son père à l’hôpital Victoria.

Ce membre du PTr explique qu’alors que son père admis à l’hôpital entre le 12 et le 14 janvier pour des problèmes gastriques, il a été renvoyé à la maison le 14 janvier, par le médecin traitant qui lui a simplement administré quelques anti-douleurs. Or, Nath Varma a dû, dès le lendemain, être admis à nouveau en urgence.

Qui plus est, alors qu’il devait subir une angiographie – lors de laquelle on lui aurait placé ses deux stents d’après le médecin traitant – l’opération a été renvoyée. Le médecin lui a informé qu’il fallait acheter du matériel.

“Y avait un besoin de faire du business dans cette affaire?” se demande l’ex -Attorney General. Il déplore que son père, qui était sous traitement pour  l’hypertension, n’ait reçu aucun médicament pour contrôler sa tension durant son hospitalisation. Ce qui a provoqué, selon lui, une hémorragie cérébrale.

Face à ces éléments troublants et y entrevoyant une négligence médicale, ce membre du PTr a réclamé des explications ainsi que le dossier médical de Nath Varma auprès de l’hôpital, sans succès.

Sa plainte au ministère de la Santé ainsi qu’au Medical Council pour connaître les traitements exactes accordés à son père et les circonstances ayant mené au décès de ce dernier, n’ayant obtenu aucune réponse, il s’est adressé au CCID jeudi après-midi. Il espère que les autorités mèneront une enquête transparente et que sa couleur politique ne fera pas ombrage dans cette affaire.