Le premier round des discussions entre Maurice et la Tunisie, en vue de la conclusion d’un accord d’échanges commerciaux préférentiels (Preferential Trade Agreement), a pris fin par l’élaboration d’un accord-cadre que les négociateurs des deux pays suivront en vue d’atteindre leur objectif commun. Cet accord doit maintenant obtenir le feu vert des conseils légaux des deux pays.
La délégation de négociateurs mauriciens – menée par Assad Bhuglah, directeur de politique commerciale au sein du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international – et celle de la Tunisie – composée de Saida Hachicha,  directrice du Commerce international et de l’Industrie au ministère tunisien du Commerce et de l’Artisanat, et de Mouhedine Klila, directeur adjoint au ministère des Finances – se rencontreront en novembre prochain à Tunis pour la poursuite de leurs discussions.
Déjà, indique-t-on dans les milieux des participants aux négociations, le premier round s’est déroulé dans une atmosphère cordiale à Port-Louis. Pour ce qui est de la question d’accès au marché, la délégation tunisienne aurait fait comprendre qu’il n’y aurait pas de problème au niveau des préférences pour les produits industriels. Pour ce qui est de l’accès des produits agricoles, jugés sensibles par les deux parties, la partie tunisienne aurait indiqué qu’une réduction de 50% sur les tarifs applicables pourrait être considérée favorablement.
Les deux délégations se sont aussi penchées sur les règles d’origine qui régiront leurs échanges dans le cadre d’un éventuel accord préférentiel. La Tunisie a démontré sa disposition à adopter pour la circonstance les mêmes règles d’origine applicables sous l’accord de partenariat avec l’Union européenne. Par conséquent, il sera possible pour les entrepreneurs des deux pays d’avoir recours à la règle de cumulation : les industriels pourront utiliser les matières premières de l’un ou l’autre pays pour fabriquer leurs produits finis pour ensuite les exporter vers les marchés européens, et ce en bénéficiant d’un accès hors taxe. Notons que la Tunisie a signé un accord d’association avec l’UE. Saida Hachicha avait annoncé mercredi, à l’ouverture du premier round de discussions, que la Tunisie s’est lancée dans des négociations avec l’UE en vue de « la conclusion d’un accord de libre-échange complet et approfondi, qui dépasse tous les aspects tarifaires classiques, pour couvrir toutes les questions liées au commerce ».
Maurice et la Tunisie espèrent, à travers un accord d’échanges préférentiels, donner un coup de pouce au commerce bilatéral et à l’investissement. Les échanges entre les deux pays atteignent à peine USD 3 millions et représentent moins d’1% de leur commerce extérieur. « We realize that existing trade potentials between the two countries have yet to be fully tapped », avait déclaré Asad Bhuglah.
Maurice et la Tunisie ont établi des relations diplomatiques en février 1976, mais il n’existe aucun accord-cadre pour la promotion du commerce entre les deux pays.