Un nouveau round de négociations se déroule depuis 14h30 entre le management et le syndicat de la Cargo Handling Corporation dans le cadre d’une amélioration des conditions d’emploi dans le secteur portuaire. Le principal sujet de discorde, en l’occurrence la hausse salariale des travailleurs, est à l’agenda.
C’est à partir de cet après-midi, soit après cette réunion déterminante, qu’une indication devrait être disponible quant à la suite des relations industrielles dans le port. Toutefois, les sources syndicales approchées font comprendre que le secteur demeure sous haute tension et que la menace d’une grève générale est toujours d’actualité.
« En dépit du progrès rencontré jusqu’ici pour les quatre autres points qui étaient à l’agenda, les négociations avec le management buttent toujours sur la nouvelle grille salariale des travailleurs. Au niveau de la PLMEA, nous avons fait une contre-proposition à la direction. Aujourd’hui, nous nous attendons à recevoir une réponse au cours de ces négociations », déclarent les syndicalistes de la PLMEA.
Dans le cas de figure où les négociations aboutiraient, disent les dirigeants syndicaux, l’accord de principe sera sujet à ratification devant le board de la Cargo Handling Corporation (CHC) ainsi que devant une assemblée générale des travailleurs. Mais pour l’heure, dit-on encore, « nous n’en sommes pas encore là ».
Entre-temps, la PLMEA demande aux travailleurs de rester mobilisés et de faire preuve de vigilance. Les syndicalistes lancent aussi une sévère mise en garde contre des députés, entre autres, qui tentent de « créer une confusion et une campagne de désinformation en vue d’empêcher la valorisation des travailleurs du secteur portuaire, surtout ceux au bas de l’échelle. » Les représentants des travailleurs ajoutent qu’un éventuel aboutissement des négociations entre la PLMEA et la CHC dans les jours à venir constituera une véritable réforme dans les activités du port, qui apportera encore plus d’efficience.