Dans la dernière édition de Turf Magazine, Mark Neisius étalait son état d’âme et disait qu’il n’est pas en situation de panique du fait qu’il n’avait signé qu’une victoire en sept journées. Et, samedi dernier, il l’a confirmé à nouveau après avoir décroché sa deuxième victoire avec Generous Gent et il loue les mérites de son entraîneur Raj Ramdin à qui il jure fidélité.
«Je suis réaliste. I have not press the panic button yet. Si on n’a pas de montes, on n’a pas de chances de victoire. Comme je l’ai déjà souligné dans vos colonnes, c’est un travail d’équipe. Les montes sont partagées. Lors de la 8e journée, on avait pas moins de sept partants et j’étais en selle sur quatre. Bien sûr, je n’étais pas éligible pour la première course où nous avions deux partants. Je ne suis pas inquiet as long as the stable is winning», devait confirmer Neisius.
Justement, l’entraîneur Raj Ramdin a signé 5 victoires jusqu’ici et a même atteint la barre de 150 victoires. «Je suis très heureux pour lui. On travaille de pair et je lui donne mon avis sur les chevaux et lui, avec son expérience, il fait de son mieux pour emmener les coursiers à leur meilleur niveau. On espère continuer dans cette voie».
Comment expliquer le bon début de saison de Raj Ramdin? A cette question, le jockey devait affirmer qu’effectivement, il y a une différence cette saison: «On essaie de donner à ses coursiers une attention individuelle chaque matin. Regardez Young Royal. On l’avait write off la saison dernière et cette année, on a pris soin de lui et on lui a donné le travail approprié. Il a été récompensé samedi».
Pour revenir à la première course, Neisius a été surpris par la prestation de Please To Progress qui aurait pu l’emporter si Gris Cheval ne l’avait pas gêné. «Il m’a agréablement surpris, car pour moi, il n’était qu’à 70% fit. C’est un coursier qu’on ne peut pas pousser à fond à l’entraînement. J’ai dit à Raj qu’il aurait besoin de cette course et qu’il gagnera la prochaine fois. Il m’a donné tort».
Neisius allait chômer dès sa première monte, car son coursier Tembot allait être retiré après avoir fait des siennes dans les stalles. Et il lui a fallu attendre la course de clôture pour qu’il goûte à nouveau au succès. Car, entre-temps , avec le nouveau Chester’s Wish, il avait pris l’avant-dernière place et avec Wieland la sixième.
«Ce fut une journée mitigée avec le retrait de Tembot. Il était exceptionnel dans le paddock et l’aurait certainement emporté s’il ne s’était pas cabré dans les stalles. Malheureusement, cela fait partie des courses et quand je regarde le résultat final de la course, je reste persuadé que Tembot l’aurait emporté pour offrir un beau triplé à  Raj. Chester’s Wish a complètement raté son départ et il était very green. Ce n’est pas un mauvais cheval, mais on doit refaire son éducation. Wieland n’a pas été surclassé et a sûrement au moins une victoire sous la ceinture à son meilleur niveau et dans un lot à sa portée, tout comme Wonder Kid l’avait fait un peu plus tôt. Quant à Generous Gent, il devait courir une semaine auparavant, mais malheureusement la course avait été annulée. Il était dans une bonne forme depuis sa deuxième place derrière Mc Naught et on a décidé de l’aligner à nouveau. Mais on était un peu inquiet, car il était aligné en classe supérieure. Comme je devais le piloter avant, le choix fut automatique et il a bien profité de son premier couloir et de son poids pour bien suivre son compagnon d’écurie Port Albert, qui n’a pas démérité non plus. Cette victoire me fait énormément plaisir et j’espère qu’il va en appeler d’autres».
Et la suite de la saison? Neisius devait dire que suite à ce beau doublé, cela s’annonce très excitant comme il l’avait mentionné dans nos colonnes la semaine dernière. «On a déjà accompli des trucs avec les anciens. Maintenant, il y a les nouveaux qui vont débuter et cela s’annonce merveilleusement bien. Ce ne sont pas des cracks, mais il y a quelques-uns dont Candy Rock et Prince Lateral sur qui on peut compter. Ils ne vont pas débuter dans l’immédiat, mais ils seront utiles à l’écurie, tout en comptant sur les anciens pour maintenir le rythme et continuer sur la bonne voie», a conclu Neisius.