La société Neo Network Solutions organise le vendredi 9 décembre une formation intitulée « Secrets of Internet Marketing ». Ce cours, expliquent ses directeurs Bruneau Woomed et Rao Ramah, vient « combler un vide ».
« Il y a plusieurs lacunes dans le paysage online mauricien », lance l’un des directeurs de Neo Network Solutions Rao Ramah. Trop de sociétés n’afficheraient ainsi qu’une gestion sommaire de la conception et de la maintenance de site web. « S’il est vrai qu’Internet a pris son essor, le trafic reste souvent minime… we need to bridge this gap. »
Pour ce faire, une bonne compréhension du référencement est primordiale. Et qui dit référencement, dit Google. Cette technologie demeure obscure aux yeux de nombreux Mauriciens, Google étant plus connu comme un moteur de recherche. Mais portons-y un peu plus d’attention en se posant les bonnes questions : Quel procédé génère la liste de résultats ? Qu’est-ce qui fait que lorsqu’un utilisateur tape jam sur Google il peut obtenir comme premier résultat le vidéo-clip de Michael Jackson, ensuite une définition Wikipedia du mot, puis le site web d’une société jam-conseil ?
Google, à l’instar d’autres moteurs de recherche comme Bing, repose sur un algorithme travaillé à partir de variables prédéfinies. C’est une bonne exploitation de ces variables qui viendra assurer la visibilité d’un site. C’est ce qui garantit notamment que si l’on tape Mauritius sur google.co.uk, on retrouve le site www.mauritius.net et celui de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) parmi les premiers résultats. Idem pour google.fr qui affiche Maurice comme pays destination touristique privilégiée. Un bon référencement permet que le site de l’ancien champion du monde de 100 mètres Maurice Greene ne vienne pas précéder www.ile-maurice.fr dans la liste de résultats et polluer par exemple les efforts de promotion de notre pays.
Manier les mots-clés
Pour figurer sur une liste de résultats, il est donc important de satisfaire le directory de Google : remplir tous les critères de description d’un bon site ; savoir souligner les mots-clés, la base de l’architecture d’un site référencé de manière professionnelle ; et oser se remettre en question. « Il faut par exemple se demander sur les mots-clés qui définissent son site? Mais, il faut le faire au-delà de l’évidence », explique Rao Ramah.
Les mots-clés font l’identité ou le blueprint d’un site web. Il ne faut ainsi ne rien laisser au hasard. La technologie est pointue, jusque dans ses détails les plus insignifiants. « Les gens ne se rendent pas compte qu’on peut même remonter à la trace les boutons qu’ils ont utilisés sur un site », martèle l’expert. « En informatique, the devil is in the detail. »
La formation « Secrets of Internet Marketing » que propose Neo Network Solutions viendrait ainsi exorciser le démon mauricien du manque d’exigence, selon ses directeurs Bruneau Woomed et Rao Ramah. « À Maurice, on a cette mauvaise habitude de ne pas soigner les détails… il nous faut développer cette rigueur », soutient M. Ramah.
Le cours (MQA approved, HRDC refundable) sera dispensé le vendredi 9 décembre à partir de 9 h 30 au Talents Training Centre de Pierrefonds. Le coût est de Rs 12 000.