Deux semaines après l’ouverture de la New Arab Town, le président de l’Association des marchands d’Arab Town, Imtazally Jaumeer, marchand de tissu de son état, dit qu’il est difficile de tirer des conclusions trop hâtives après si peu de temps, mais argue que la présence du faible nombre de clients en ce moment découle du fait que « le nouvel emplacement ne se situe plus à côté des magasins du centre-ville ».

Un marchand de roti et dhall puri est lui aussi insatisfait des débuts en termes financiers, mais reste néanmoins positif : « Zaffer la pou korek li bizin pasianss. Mo confian parseki kan dimoun pou realize ena place ban ek latab pou manze sa pou atir zott definitivma… »