La police de Rose-Belle, avec la collaboration de la CID de la région, émet des doutes sur les circonstances de la mort de Meenakshee D., une femme âgée de 42 ans, et de son compagnon, Akshay A., 35 ans, tous deux retrouvés pendus dans leur maison à New-Grove la semaine dernière. Si dans un premier temps les enquêteurs avaient privilégié la piste d’un double suicide, ils s’orientent cette fois sur la thèse de meurtre.
Meenakshee vivait chez sa mère depuis qu’elle s’est séparée de son époux, il y a un an. Cette mère de famille n’était pas en bons termes avec quelques-uns de ses proches, surtout après que son nouveau compagnon, un dénommé Akshay, avait élu domicile chez elle. Les relations étaient tendues entre ce dernier et les enfants de Meenakshee, qui n’appréciaient pas son comportement. Akshay aurait même eu une vive dispute avec le fils de sa compagne, âgé de 18 ans, quelques jours avant sa mort. Le jeune homme n’avait pas apprécié les gestes déplacés du trentenaire à l’égard de sa soeur.  
La veille de sa mort, Akshay s’était disputé avec sa belle-soeur, soit la soeur de Meenakshee, qui habite la même cour. L’altercation s’est terminée au poste de police de Rose Belle, où Meenakshee a porté plainte contre sa soeur après que les fenêtres de sa maison ont été brisées. Le lendemain, le 13 septembre, les deux amants ont été retrouvés pendus dans leur chambre. Les faits se seraient déroulés durant l’absence de leurs proches.
Même si le médecin légiste a conclu les décès à une asphyxie par pendaison, il a relevé des ecchymoses sur le corps de Meenakshee. Mais pas sur celui d’Akshay. Raison ayant notamment poussé la police à approfondir son enquête. Les hommes de l’ACP Ramsurrun n’écartent pas la possibilité que Meenakshee ait été battue et que ce soit son agresseur qui l’ait pendu. Les cordes retrouvées aux cous des victimes font l’objet d’une analyse au Forensic Science Laboratory (FSL), qui tente de déceler toutes traces d’empreintes.
Les deux amants ont laissé une lettre d’adieu, chacun de leur côté, pour expliquer leur geste. Or, leurs proches avancent que le couple avait des projets d’avenir et n’avait exprimé aucun signe pouvant indiquer que l’irréparable allait être commis. Les limiers ont interrogé quelques membres de la famille des victimes, qui ont dû s’expliquer sur leur emploi du temps le jour du drame. Les enfants de Meenakshee ont déclaré à la police qu’ils se trouvaient chez une tante à Trois-Boutiques au moment des faits. Ce n’est qu’à leur retour à la maison qu’ils ont fait la découverte macabre. Selon eux, rien n’a été volé à l’intérieur.
La police compte également questionner l’ex-époux de Meenakshee, un officier de la National Coast Guard, pour obtenir des renseignements sur sa relation avec les victimes.