Favoriser l’intégration des technologies dans le travail des organisations non gouvernementales pour plus d’efficacité, tel est l’objectif du NGO Connection Day, une initiative de Microsoft. À cette occasion, Microsoft océan Indien et Pacifique francophone s’est associé à l’E-Inclusion Foundation, un acteur majeur de l’autonomisation économique offrant l’accès aux outils des TIC et à la formation aux groupes vulnérables à Maurice, pour un atelier de travail d’une journée sur le thème “Technology for improving Social and Economic Development”.
Depuis la création de l’E-Inclusion Foundation en 2010, Microsoft a été l’un de ses partenaires privilégiés à travers des dons de logiciels et le parrainage de projets, notamment l’ELIT (English Literacy through IT) for Women, qui visait à donner la chance à 200 jeunes femmes avec un faible parcours scolaire à prendre des cours d’anglais et d’informatique. Paul Bunting, Country Manager de Microsoft océan Indien et Pacifique francophone, s’est réjoui de ce partenariat continu. « Jusqu’à présent, Microsoft a contribué au travail des ONG locales à travers le don de logiciels. Nous voulons aller plus loin, car nous nous sommes fixés pour mission de permettre à chaque individu, chaque entreprise et chaque association d’être plus productifs grâce à l’utilisation des nouvelles technologies. Nous voulons leur faire découvrir des outils dont ils ne soupçonnaient pas l’existence, ou qu’ils pensaient hors de portée, mais aussi souligner l’importance de la formation afin de maximiser leur utilisation de ces outils. En travaillant main dans la main avec des associations telles que l’E-Inclusion Foundation, nous sommes d’avis que nous atteindrons cet objectif », a-t-il souligné.
Un avis partagé par Danielle Wong, présidente du National CSR Committee, qui s’est appesantie sur l’importance de l’éducation et de la formation dans le combat contre les fléaux sociaux. Elle a d’ailleurs fait ressortir l’importance du soutien des entreprises du secteur privé à la lutte menée par les ONG, et a aussi encouragé les jeunes à s’engager dans le social pour leur développement personnel.
Lindsay Pointu, manager de l’E-Inclusion Foundation, a pour sa part souligné ce que ce genre d’événements peut apporter aux ONG. « C’est un moment d’échange, une plateforme faite pour rassembler les ONG et les amener à reconsidérer la manière dont se fait la gestion de leur organisation et de leurs divers projets. Notre mission à l’E-Inclusion Foundation est à la fois de mettre des ordinateurs à leur disposition et également de leur proposer des formations afin de les aider à progresser, pour le bien ultime de leurs bénéficiaires. »
Cet atelier de travail avec 200 ONG était ponctué de plusieurs présentations animées par différents intervenants, notamment Karoonen Valaydon, Programme Coordinator et Imprest Administrator pour le Decentralised Coorporation Programme de l’Union européenne, Dhiruj Ramluggun, Head of Training and Development à la Mauritius Employers Federation (MEF), l’économiste George Chung Tik Kan, ainsi que des représentants de Microsoft. Jonathan Ravat, chef du département Études sociales de l’Institut Cardinal Jean Margéot et participant à cet atelier de travail, s’est dit ravi des sujets présentés. « Cet événement est capital pour deux raisons. La première, c’est le rassemblement des ONG, des travailleurs sociaux et des volontaires pour leur permettre d’être dans l’air du temps. La deuxième raison, c’est qu’il permet de souligner une nouvelle fois le travail des associations et de continuer à reconnaître leur pertinence, car elles sont parties prenantes de la société moderne. L’avenir du combat contre la pauvreté est dans les regroupements collectifs », a-t-il conclu.