Photo d'illustration

Au total, c’est 1 274 unités de logements que la National Housing Development Company (NHDC) cherche à construire sur cinq sites. Mais pour bien s’assurer que les sites choisis soient propices à la construction, la NHDC exige que tests géotechniques sur la qualité du sol soient effectués au préalable en prélude de la construction des unités de logements à Mon-Goût, Petit-Bel-Air, Bassin, Cascavelle et La Valette.

L’objectif est de s’assurer que le sol ne s’effondre pas au fil du temps après les travaux de construction. Les unités de logement qui seront construites occuperont une superficie de 42,8 arpents. Le(s) contracteur(s) qui décrochera(ont) les contrats devra(ont) ainsi effectuer des travaux de fouilles, identifier des sites pour la construction des “bore holes” et des tests sur la qualité du sol.

Tout doit être conforme aux règlements de la Wastewater Managent Authority (WMA). Pas moins de 43 “bore holes” seront construits. La grande majorité se situera à La Valette, soit 18 au total. Il ne sera pas autorisé cependant de couper des arbres endémiques, pas plus que d’endommager les drains naturels. Après avoir effectué tous les tests nécessaires, un rapport, signé par un ingénieur géotechnique, sera soumis à la NHDC concernant la qualité du sol, l’emplacement des “bore holes” et les risques éventuels de glissements de terrain. Il indiquera aussi les lieux appropriés pour construire des bâtiments et donnera des détails sur la profondeur de la fondation des bâtiments.

L’étude géotechnique permettra aussi d’identifier les aléas existants vis-à-vis des risques naturels, de détecter des cavités et de définir également l’incidence sur l’environnement avoisinant. Il s’agit au fait d’obtenir des informations relatives aux formations constituant le sous-sol pour que les fondations soient bâties sur des bases solides, évitant ainsi tout risque d’affaissement.