Du rap à la poésie, de Maurice à La Réunion, Nikola Raghoonauth s’est construit en se frottant à des univers musicaux et artistiques divers. Ceci, en favorisant l’expérimental et en étant constamment en quête de renouveau. À 37 ans, il s’apprête à se livrer pour la première fois en solo et à exprimer des sentiments profonds. Portrait d’un artiste qui se dit pluridisciplinaire.
“Qui suis-je ? Ce serait prétentieux de ma part de m’autoproclamer artiste. Je suis en fait un artisan. Les gens me disent artiste. Pour moi, un artiste est quelqu’un qui n’hésite pas à prendre des risques, à se transcender. Être artiste, c’est absorber un maximum, telle une éponge et ensuite tout donner, tout recracher. C’est ce qui donne des couleurs variées à une oeuvre et rend l’art indéfinissable… ” C’est ainsi que Nikola Raghoonauth décrit un artiste et le monde dans lequel il évolue. Il s’intéresse à la poésie autant qu’à la musique, au théâtre, aux arts plastiques. Il est pluridisciplinaire. Par-dessus tout, Nikola Raghoonauth est de ceux qui vivent les choses de manière profonde et qui favorisent l’expérimental.